LES DERNIERES NOUVELLES

Mise à jour du 17 février 2019 à 20h30

**************************************************


16 février 2019
DECES DE GIANFRANCO SOLDERA
Gianfranco Soldera nous a quittés ce samedi 16 février 2019 à l’âge de 82 ans.
Seul dans sa voiture, il est sorti de la route à proximité de son vignoble.
Lorsque les sauveteurs l’ont dégagé, il a fait un arrêt cardiaque qui lui fut fatal.

Né en 1937, il fit sa carrière professionnelle dans les assurances. Sa passion pour le vin le fait acheter le
domaine « Case Basse » dans l’appellation Brunello di Montalcino en 1972 (23 hectares dont 6,3 pour les vignes).
Son premier millésime sous cette appellation fut le 1977. D’emblée, la réussite qualitative fut au rendez-vous.
Sa notoriété fut quasi immédiate, et sa forte personnalité fut tout aussi rapidement un sujet de discussion.
Son caractère sans compromis ne lui a pas valu que des amis, mais quel bonheur ce fut pour moi que de
l’avoir côtoyé!

Ma visite chez lui en 1985 fut une sorte de révélation: oui, on peut faire de grands vins sans trop de technologie!
Il suffit d’avoir un nez et de bons raisins, disait-il. Mais, cela peut paraître paradoxal, absolument rien n’est laissé
au hasard. Son domaine, sorte de paradis terrestre avec des animaux qui marchent et qui volent, est un
écosystème unique. Tout y a un sens, y compris la création d’un humus idéal pour la substance organique du terrain.

Sa cave édifiée en 2001 vit et respire, sans ciment entre les pierres de construction.
Cet homme un peu abrupt lorsqu’il s’agit d’affaires a un coeur et une sensibilité hors du commun.
L’instant passé avec lui est, dans un autre style, autant instructif que celui passé avec Henri Jayer.
La simplicité de ses explications est tout autant désarmante.

Pour moi, ses Brunello sont de loin mes préférés. Ils sont aussi très différents de tous les autres.
J’ai pu déguster tous les millésimes qu’il a enfantés. Chacun a sa place dans l’ensemble de sa production,
aucun n’est faible ou moyen, tous sont excellents.

Ainsi, en l’espace de 13 mois, mes deux producteurs italiens préférés sont décédés:
Bruno Giacosa et Gianfranco Soldera.
Je n’ai qu’un souhait: que leur génie perdure au travers de leurs successeurs.

**************************************************


14 février 2019
PORTO, ANTONIO CAETANO RODRIGUES 1834 (*****)
L’étiquette indique l’année 1834 et « engarrafado em 1860 » puis « decantado em 1936 ».
La bouteille fut ouverte et décantée le matin pour le soir. La « croûte » était importante. La couleur est très belle
mais assez claire. Les arômes sont tout autant fins que denses. On est principalement sur les fruits confits,
comme la cerise et la fraise. S’y rajoute une notre fort agréable d’herbes aromatiques, de nougat, de caramel
et de date. Le vin est pourvu d’une douceur angélique qui enrobe une superbe acidité et une amertume positive
d’herbes macérées. Le renfort d’alcool est parfaitement réussi: il ne fait que d’intensifier toutes les sensations.
La longueur est proprement interminable.
1834 est un très grand millésime à Porto. C’est aussi l’année où le renfort d’alcool, tel qu’on le connaît pour
ce genre de vin, s’est généralisé.

**************************************************


5 février 2019
CHATEAU LATOUR 2003 (*****)
Dégusté à l’aveugle, chaque convive a su deviner le sujet exceptionnel. C’est propre, dense, pur, fin et complexe,
même si à l’ouverture des aspects un peu phénolés marquaient légèrement l’olfaction. La bouche est exceptionnel
d’équilibre et de droiture. Autre grande qualité: sa buvabilité. En effet, les gorgées se succédaient sans que l’on
s’en aperçoive. Pour un millésime de chaleur comme 2003, on en est vraiment étonné.
Au point de vue qualitatif de l’ensemble, on frise la perfection.

**************************************************


29 janvier 2019
D’une soirée fantastique durant laquelle une belle série de vins inédits furent bus, je ne présente
malheureusement que deux crus. Je n’avais pas pris assez de notes.

CHATEAU GILETTE SEC 1951 (*****)
Arômes très spéciaux qui oscillent entre des fruits confits et un peu de botrytis. C’est élégant et dense.
Un aspect floral et des épices fines s’y rajoutent. Le vin est gras et onctueux, sans retransmettre une réelle
!sensation de douceur. L’ensemble est très complexe et d’une jeunesse étonnante. Vin marquant de par ses
qualités préservées et de par son originalité.

COTE ROTIE LA MOULINE, GUIGAL 1998 (*****)
A l’aveugle, nous étions tous sur un très grand Bourgogne. La couleur est déjà d’un beau rouge rubis un peu clair.
Les arômes sont d’une densité impressionnante. On est sur des fruits rouges et noirs d’une grande pureté.
Une légère acidité volatile augmente fortement les qualités olfactives, je ne sais par quel miracle! La bouche est
aussi rehaussée merveilleusement par cette acidité volatile. La structure et l’équilibre sont exceptionnels.
Cette merveilleuse bouteille m’interpelle fortement. J’imagine, sans en être sûr, qu’elle a « bénéficié » d’un stockage
qui aurait dû être plutôt négatif. Mais sa structure et sa base ont dû magnifier ce que certains techniciens
interpréteraient comme un défaut. Un instant grandiose.

**************************************************

27 janvier 2019
BAROLO, RENATO RATTI 1971 (****)
Très beau Barolo de style classique, de belle constitution et avec du caractère.
Il lui manque juste un peu de panache.
RIOJA ETIQUETA BLANCA, MARQUES DE MURRIETA 1967 (****)
Rioja pourvu d’une belle structure et qui a bien tenu. Mais son caractère fort peut ne pas plaire à tous.
NAOUSSA, JEAN BOUTARI, GRECE 1947 (*****)
Au moment où l’on verse le vin, on voit déjà que l’on a affaire à un sujet sérieux. La couleur est foncée et dense.
Les arômes sont un peu baroques, mais tout est net et propre. Les notes tertiaires habituelles pour un vin de cet
âge, ne sont pas trop marquées. On est sur du tabac et de l’humus. Le vin est fortement constitué, mais il n’a
aucune lourdeur. Sa forte personnalité est vraiment attachante. L’équilibre est parfait. La constitution de ce vin
est suffisante pour qu’il ne donne aucun signe de fatigue à l’heure actuelle et qu’il laisse l’impression de pouvoir
continuer encore une belle carrière.
PORTO VELHO RESERVA, SANTHIAGO 1905 (***)
La couleur est belle, mais un peu claire. Les arômes sont restés très jeunes et fruités. La bouche est assez pure
et fine. L’ensemble est délicat et très agréable. Mais la sucrosité semble un peu trop marquée par rapport à la
structure du sujet. Il lui faudrait aussi plus de caractère.

**************************************************


8 janvier 2019

JUHFARK TOP SELECTION GROFI, TORNAI, HONGRIE 2016 (****)
C’est la première fois que je déguste ce vin blanc issu du cépage Juhfark. La couleur est dorée.
Les arômes indiquent une récolte bien mûre. On devine aussi une belle personnalité.
En bouche, le gras onctueux est bien soutenu par l’acidité et le fruit dense.
Une fine minéralité s’y rajoute. Superbe.

VILLANYI FRANC VALOGATAS, ZSOFI IVANYI, HONGRIE 2011 (*****)
Superbe Cabernet Franc élevé durant trois ans en fûts. L’élevage n’est absolument pas gênant.
L’élégance est là et c’est très séduisant. Le vin est équilibré et subtil. Rien de lourd. Grande buvabilité.
Vraiment une découverte.

 

**************************************************

31 décembre 2018
GRAN CORONAS BLACK LABEL, MIGUEL TORRES 1970 (*****)

Bouteille différente et juste un peu en-dessous de celle bue il y a trois mois. Celle-ci est vraiment marquée
par la consistance et la force de caractère. La structure tannique est heureusement suffisamment athlétique
pour équilibrer le jus concentré et le gras du vin.

CHATEAU AUSONE 1976 (*****)
Un Ausone resplendissant. La noblesse du terroir et la subtilité font merveille. Tout est équilibré et fin.
C’est même de la dentelle qui a superbement tenu. La classe quoi!

**************************************************

23 décembre 2018
BRUNELLO RISERVA, SOLDERA 1998 (*****)
Couleur d’un rouge très dense et profond. Arômes dynamiques sur un fruité très pur et droit.
On devine la grande race. Le vin est fortement constitué mais reste parfaitement équilibré.
La consistance est impressionnante, même durant la très longue persistance.
Ce vin est superbe maintenant, mais il continuera à grandir sur une longue période.