LES DERNIERES NOUVELLES

Mise à jour du 8 octobre 2018 à 10H00

******************************

26 septembre 2018
CHATEAU FIGEAC 1955 (****)
Magnifique vin fruité et élégant avec beaucoup de buvabilité. Il semble maintenant un peu fragile, mais il en a le droit.
GRANDS ECHEZEAUX, DRC 1955 (*****)
La couleur est encore très belle et bien dense. Les arômes sont ceux de cette époque avec un caractère marquant.
On est sur des fruits noirs, du cuir, des fleurs séchées et de la terre noire juste remuée.
Le vin est très corsé et concentré. Les tannins sont encore saillants, mais ils sont très nobles.
La très longue finale est très soutenue dans toutes ses composantes.

******************************

24 septembre
CHATEAU D’YQUEM 1955 (*****)
Le vin est équilibré et pur. Il est aussi complexe. La douceur n’est pas envahissante. La chair est soyeuse et
marquée par des fruits confits. Une petite minéralité s’ajoute à la finale. A la différence des autres bouteilles
que j’ai bues, le vin est un peu moins vif ou moins fringant. Mais on reste sur un cru de haut niveau.

******************************

22 septembre 2018
BAROLO ROCCHE DI CASTIGLIONE FALLETTO RISERVA SPECIALE, BRUNO GIACOSA 1971 (*****)
La bouteille est prévue pour le soir vers 21h00. Elle est donc ouverte le matin-même, décantée dans une carafe et remise
dans son flacon d’origine (« double décantage »). L’opération est des plus favovables, voire indispensable. Les arômes ont
une force et une personnalité qu’on ne retrouve que dans les sujets d’anthologie. La bouche est tout simplement immense
à tous les niveaux. Mais rien n’est pesant. Chaque gorgée est une merveille de plaisir. De plus, sur les deux heures de la
consommation, les sensations changent à tout instant pour présenter une nouvelle découverte olfactive et gustative.
Que c’est grand!

******************************

19 septembre 2018
CUVEE 1858 ROUGE, CHARLES BONVIN 2016 (*****)
Vin fruité, très pur, tout en élégance. Même si la concentration est là, il n’y a aucune lourdeur.
L’élevage est parfaitement maîtrisé. Grande buvabilité, mais c’est encore bien trop jeune.
CUVEE 1858 ROUGE, CHARLES BONVIN 2015 (****)
Vin rond et charnu avec du volume. Donne déjà du plaisir. Mais ne demande qu’à rester quelques années en cave.
CUVEE 1858 ROUGE, CHARLES BONVIN 2014 (****)
Sujet élégant et harmonieux. Tout est bien fait et sans défaut. Il pourrait simplement avoir un peu plus de caractère.
CUVEE 1858 ROUGE, CHARLES BONVIN 2013 (*****)
Vin fruité avec une chair sensuelle. L’acidité est là juste pour lui procurer le tonus nécessaire.
Tannins nobles et grande harmonie. A attendre.
CUVEE 1858 ROUGE, CHARLES BONVIN 2012 (****)
Vin rond et corpulent. Se donne déjà agréablement. Très équilibré.
CUVEE 1858 ROUGE, CHARLES BONVIN 2011 (*****)
Vin doté d’une haute personnalité. La structure est forte et l’équilibre sans défaut. Du haut vol.

CUVEE 1858 BLANC, CHARLES BONVIN 2014 (*****)
Arômes de grande noblesse avec une minéralité qui fait penser aux grands Riesling allemands.
C’est racé et frais. Vin vif et dense. Le caractère est majestueux.
Superbe maintenant mais se gardera encore des décennies.
CUVEE 1858 BLANC, CHARLES BONVIN 2012 (*****)
Arômes qui rappellent la minéralité des grands Riesling allemands. Notes de fruits exotiques (ananas).
Vin racé, tonique et frais. Acidité et minéralité rehaussent la finale.
CUVEE 1858 BLANC, CHARLES BONVIN 2011 (****)
Arômes élégants et nobles, tout en finesse.
Vin harmonieux et pur à attendre pour qu’il harmonise ses excellentes composantes.

******************************

10 septembre 2018
DEZALEY-MARSENS VASE 4, LES FRERES DUBOIS 2015 (****)
Nez pur, élégant et dense. Vin harmonieux avec du gras tout en restant dynamique.
La finale est soutenue par de l’amertume et de la minéralité. Bien trop jeune.
DEZALEY-MARSENS VASE 4, LES FRERES DUBOIS 2014 (****)
Arômes amples et élégants avec des notes de miel. Touche tertiaire. Vin structuré et racé avec beaucoup de densité.
Le gras est marqué mais tout reste tendu. Apparition minérale en finale. Trop jeune.
DEZALEY-MARSENS VASE 4, LES FRERES DUBOIS 2013 (****)
Arômes purs et fins. L’aspect floral du Chasselas ressort. Vin harmonieux, dense et frais. Très long. A attendre.
DEZALEY-MARSENS VASE 4, LES FRERES DUBOIS 2012 (****)
Nez très complexe. On y ressent bien la pomme jaune et le chaume. La race et la noblesse sont au rendez-vous.
Le vin est charnu mais ferme. La finale est rehaussée par une magnifique minéralité.
Sujet qui commence à développer ce que l’on attend d’un Dézaley.
DEZALEY-MARSENS VASE 4, LES FRERES DUBOIS 2011 (****)
Arômes nobles et fins. Tout est encore très jeune. Vin gras avec un fruité dense.
La finale est soutenue par de l’amertume et de la minéralité.
DEZALEY-MARSENS VASE 4, LES FRERES DUBOIS 2010 (*****)
Arômes racés et forts avec beaucoup de jeunesse. La personnalité du grand terroir se ressent. Vin concentré mais pas
lourd. Le gras reste ferme. Il y a de la richesse mais l’équilibre est parfait. La finale est vive et marquée par une minéralité
noble. Sujet pétri de qualités qui se révéleront encore plus au fil des années.
DEZALEY-MARSENS VASE 4, LES FRERES DUBOIS 2009 (*****)
Couleur or dense. Nez ouvert et ample. Les arômes sont complexes: miel, pierre à fusil, pomme jaune, chaume…
Vin charnu et soyeux mais très frais. La densité et la longueur de la finale prouvent le grand millésime.
Se développera encore positivement avec le temps.
DEZALEY-MARSENS VASE 4, LES FRERES DUBOIS 2008 (**)
Nez de Chasselas sur le fruit encore. Petit manque de pureté et de complexité. Vin assez droit et sec.
Il faudrait un peu plus de corpulence pour compenser les sensations acides et amères.
DEZALEY-MARSENS VASE 4, LES FRERES DUBOIS 2007 (***)
Arômes assez rustiques qui font penser à un style ancien, comme un peu « lieux ». Il y a aussi une petite réduction.
Vin vif et frais avec une finale citronnée. Sujet de caractère marqué. A mettre en carafe et à apprécier entre connaisseurs.
DEZALEY-MARSENS VASE 4, LES FRERES DUBOIS 2006 (***)
Arômes tertiaires présents. On est sur les champignons et le sous-bois. Malgré cela, l’ensemble encore frais.
Vin gras à l’attaque, mais soutenu dès l’évolution par l’acidité. Un style droit et pur. A mettre en carafe et à
apprécier entre connaisseurs.
DEZALEY-MARSENS, LES FRERES DUBOIS 1992 (*****)
Arômes très complexes et ouverts. Vin somptueux avec du corps et de la noblesse. Le gras du vin enrobe
parfaitement toutes les composantes fruitées et acides. Une majesté qui ne s’essoufflera pas avant longtemps.
DEZALEY-MARSENS, LES FRERES DUBOIS 1976 (****)
Vin de grande personnalité avec une forte corpulence. Les caractéristiques du millésime ensoleillé et sec ressortent bien.
DEZALEY-MARSENS, LES FRERES DUBOIS 1974 (****)
Vin de caractère un peu austère. La minéralité est marquante. Le tonus qu’il a gardé est remarquable,
même si les aspects tertiaires sont bien présents. A mettre en carafe et à apprécier entre connaisseurs.

******************************

3 septembre 2018
Une dégustation verticale d’une série de 30 grands Chasselas. Je ne mets ici que les crus qui m’ont marqués.
FECHY GRAND CRU, DOMAINE DU MARTHERAY 2000 (****)
Nez typé Chasselas, avec de la jeunesse. Le vin est frais et équilibré. Splendide maintenant.
CHARDONNE, CURE D’ATTALENS 2000 (****)
Nez racé avec un beau minéral. Les tertiaires sont là, mais discrètement. Vin de caractère avec de la structure.
CHARDONNE, CURE D’ATTALENS 1995 (****)
Nez élégant et ample avec du charme. Vin gras mais sec. Il est marqué par une belle fraîcheur citronnée. Magnifique.
YVORNE CLOS DU ROCHER, OBRIST 1995 (****)
Nez de Chasselas racé. On sent un caractère bien présent. Le vin est serré et dense. Il a encore de quoi s’épanouir.
MONT SUR ROLLE, DOMAINE DE AUTECOUR 1992 (*****)
Nez très pur, d’une grande harmonie, sans âge. Le fruité est très jeune. Vin dynamique de haute dimension.
CHARDONNE, CURE D’ATTALENS 1992 (****)
Nez de fleurs mûres et de massepain. C’est un peu rustique, mais ce n’est pas négatif. Le vin est vif et frais. Il a vraiment bien tenu.
FECHY GRAND CRU, DOMAINE DU MARTHERAY 1992 (****)
Arômes bien mûrs, sur les champignons et l’humus. Le vin est par contre demeuré frais et vif. Le gras est juste là pour donner l’équilibre.
YVORNE CLOS DU ROCHER, OBRIST 1990 (****)
Nez très ample avec de l’élégance et de la classe. Vin gras et riche. C’est même un peu baroque, mais j’aime ça. L’amertume finale n’est là que pour soutenir l’ensemble.

******************************

18 août 2018
MEURSAULT PERRIERES 1ER CRU, JOSEPH DROUHIN 2010 (*****)
Vin de grande harmonie avec une très bonne structure. La classe du terroir se ressent.
RICHEBOURG, ANNE GROS 2008 (****)
Excellent vin avec de la corpulence et de la structure. Le caractère est là aussi, mais il manque juste d’un peu
de noblesse et de finesse.
SOLAIA, ANTINORI 1982 (****)
Arômes sur les tertiaires avec un caractère fort. On est sur le tabac et l’écurie. Le vin est structuré.
Il manque simplement d’élégance.
CHATEAU AUSONE 1989 (*****)
Mais quelle beauté que ce Ausone 1989! Les arômes sont tout de délicatesse et de subtilité. On sent la densité mais
tout reste comme « aérien ». C’est aussi très noble avec des notes de sous-bois du plus bel effet. La bouche est parfaite
d’harmonie du début à la fin. Chaque gorgée n’est que plaisir sensuel.
ASTRALIS, CLARENDON HILLS 1997 (****)
L’humilité me rappelle à l’ordre lorsque je me souviens de cette même bouteille bue seule il y a six jours. Cette fois-ci,
la comparaison remet les pendules à l’heure. Il côtoie Ausone 1989 et Grange Penfolds 1997. C’est toujours un vin
impressionnant à tous les niveaux. Mais la sucrosité me semble plus marquée. Et l’harmonie n’atteint pas le sommet
que j’imaginai.
GRANGE, PENFOLDS 1997 (*****)
Très grand vin qui profite de plus en plus de la complexité et de l’harmonie que l’âge apporte. La buvabilité s’améliore
aussi. La qualité extrême de toutes les composantes arrive à mettre au second plan le cépage.
CHATEAU D’YQUEM 1948 (*****)
Les arômes sont d’une complexité fantastique: agrumes confits, raisins secs, caramel, épices fines… La noblesse est au
plus haut niveau. La bouche est encore bien tonique grâce à l’acidité élevée. La douceur est devenue un gras charnu
qui enrobe parfaitement les autres composantes. Millésime à mettre parmi les meilleurs du siècle chez Yquem.