LES DERNIERES NOUVELLES

Mise à jour du 12 août 2018 à 23H00

******************************

8 août 2018
MALVOISIE, CAVE FIN BEC MICHEL CLAVIEN 1968 (***)
Vin très pur, typé Pinot Gris avec sa touche de pomme cuite. Très petite douceur.
HERMITAGE, CAVE FIN BEC MICHEL CLAVIEN 1968 (***)
Vin sec et fort qui a très bien tenu.
HERMITAGE, CAVE FIN BEC MICHEL CLAVIEN 1967 (****)
Les arômes indiquent une vendange légèrement attaquée par le botrytis. Mais le vin est sec et corsé.
C’est très dense et typé.

FENDANT SAIGNEE, CAVE FIN BEC MICHEL CLAVIEN 1981 (****)
Arômes très typés Chasselas. C’est encore étonnamment frais. Le vin est gras mais sec. L’harmonie est remarquable.
Il n’y a rien de lourd. On en boit de larges rasades sans faire exprès.

DOLE TETE DE CUVEE, CAVE FIN BEC MICHEL CLAVIEN 1981 (****)
Vin élégant et fin qui a très bien tenu. Rien n’indique un vieillissement qui aurait dégradé l’ensemble.
C’est toujours fruité et frais. Grand équilibre des composantes.

DOLE TETE DE CUVEE, CAVE FIN BEC MICHEL CLAVIEN 1979 (****)
Arômes racés et nobles. Vin très structuré avec beaucoup de personnalité. Les tannins sont encore bien présents.
Il y a même un peu d’amertume finale. Mais l’ensemble est marquant.

DOLE TETE DE CUVEE, CAVE FIN BEC MICHEL CLAVIEN 1976 (****)
Vin velouté avec de l’ampleur. On sent la sécheresse et le soleil du millésime. La récolte était donc très mûre, mais c’est
la séduction même. Le plus étonnant est que, 42 ans après une telle récolte, le vin soit encore vaillant et resplendissant.
DOLE FIN BEC, CAVE FIN BEC MICHEL CLAVIEN 1969 (*****)

Vin de grande classe avec beaucoup de personnalité. L’élégance est aussi là. L’attaque est veloutée et charnue,
mais l’acidité élevée compense. L’ensemble est corpulent mais la buvabilité est extrême. L’âge ne l’a pas du tout affaibli.

DOLE FIN BEC, CAVE FIN BEC MICHEL CLAVIEN 1966 (****)
Vin racé et fort avec un caractère bien trempé. Notes d’herbes aromatiques et de terre humide. La structure est très forte.
PINOT NOIR, CAVE FIN BEC MICHEL CLAVIEN 1966 (*****)
La noblesse du cépage se ressent immédiatement au nez. On sent aussi une belle personnalité. Vin rond et charnu à
l’attaque. A l’évolution, le fruit est rehaussé par une belle acidité. La longue finale présente encore des tannins fermes.
Quel sujet!

******************************

18 juillet 2018
CHAMPAGNE CUVEE VENUS, AGRAPART 2011 (*****)
Grand Champagne élégant et noble, d’une pureté exceptionnelle.
Malgré sa jeunesse, il est déjà resplendissant et complexe.
SHIRAZ MALBEC, WENDOUREE 1994 (*****)
Arômes élégants, purs et très vivants. Vin d’une harmonie parfaite. Le fruit velouté garde beaucoup de dynamisme.
Il serait difficile de lui donner un âge. Sujet exceptionnel à plus d’un titre.
COLARES CHITAS RESERVA TINTO VELHO, ANTONIO DA SILVA 1955 (****)
Nez de petits fruits rouges accompagnés par des notes d’iode et de terre noire. Vin racé, un peu sauvage et austère: c’est
tout une époque. C’est droit, vif, vivant, frais… La côté strict n’est pas fait pour tous les palais. Mais on sent une excellente
base avec du caractère.
COLARES CHITAS RESERVA TINTO VELHO JOSE GOMES DA SILVA 1934 (*****)
Les arômes font penser à du Haut-Brion d’un millésime équivalent. C’est très noble. On est sur du cacao, du cuir et du
tabac. Le vin est encore marqué par un fruit dense et vif avec de l’écorce d’orange sanguine. Un vrai vin vivant, de haute
expression. Un style que l’on ne retrouve plus à l’heure actuelle.
PORTO FERREIRINHA, DONA ANTONIA A FERREIRA (*****)
Sous cette étiquette, le millésime se trouve automatiquement entre 1860 et 1890.
Vin d’une très grande pureté. Toutes les composantes s’harmonisent parfaitement.
Il est très marqué par des notes de kirsch habituelles des grands millésimes de Porto.
MADEIRA « W » 1790 (*****)
Le nez est parfait au niveau du rancio qui doit caractériser un vrai Madeira. Que c’est pur et élégant! Notes de moka et
de crème brûlée. La grande rondeur n’est pas réellement douce au niveau gustatif, même si on devine une bonne dose
de sucre résiduel. Un ensemble sans âge, propre à faire rêver. On croit véritablement entrer dans un très vieux salon de
famille aristocratique.

******************************

8 juillet 2018
CHATEAU HAUT-BRION 2002 (****)
Vin de très beau niveau bien suivi de A à Z.
CHATEAU HAUT-BRION 1996 (****)
Grand vin qui tient le coup. Il ne m’a pas paru, par contre, aussi resplendissant que ce que j’imaginais.
MALVOISIE GRAIN NOBLE, CAVE LA LIAUDISAZ 1998 (*****)
Très grand liquoreux qui n’a pas la lourdeur que l’on retrouve souvent lorsque la récolte atteint des
potentiels d’alcool élevés.

******************************

7 juillet 2018
NEBBIOLO D’ALBA, BRUNO GIACOSA 1982 (*****)
L’année 1982 est vraiment exceptionnelle chez Giacosa, comme dans tout le Piémont. Ce vin donne maintenant son
maximum de plaisir. Il est bien mûr dans son ensemble. Tout est velouté et sensuel. Les notes tertiaires sont discrètes.
La structure n’est pas imposante, mais l’harmonie est sans défaut. Il n’a pas, bien entendu, la grandeur d’un Barolo
Collina Rionda, mais il est trop bon.
CLOS DE TART, MOMMESSIN 2000 (*****)
Vin impressionnant de densité et de concentration. Il est même trop jeune pour donner un maximum de plaisir.
Mais on sent bien un sujet de haute dimension. Il ira loin.

******************************

23 juin 2018
RIOJA GRAN RESERVA, MARQUES DE CACARES 1992 (****)
Vin élégant et fin sans manquer de caractère. Le fruité est parfait encore.
RIOJA VINA ARDANZA RESERVA, LA RIOJA ALTA 1989 (*****)
Nez racé et pur avec un grand caractère. Vin concentré de grande harmonie.
Il est encore très jeune et frais. Grande longueur.
RIOJA VINA ARDANZA RESERVA, LA RIOJA ALTA 1982 (*****)
Tout grand sujet avec une forte personnalité. La structure est bien au-dessus du lot.
RIOJA VINA TONDONIA GRAN RESERVA, LOPEZ DE HEREDIA 1964 (*****)
La bouteille provenait directement du Domaine.
Nez pur et fin, d’une belle jeunesse encore. C’est comme s’il n’avait pas d’âge. Il fait même penser aux vins pré
phylloxériques. Vin harmonieux au fruit bien mûr, mais qui est resté très tonique.
Il n’y a pas que les Bordeaux qui ont un potentiel de vieillissement, sachez-le!
RIOJA VINA TONDONIA BLANCO GRAN RESERVA, LOPEZ DE HEREDIA 1964 (*****)
La bouteille provenait directement du Domaine.
Nez extrêmement complexe, sur les fruits secs, les fleurs, l’humus, les écorces, les épices…
Vin fin et dense au possible. La complexité est toujours marquante. La finale interminable est marquée par
une acidité vivifiante. Vin de haute expression qui est loin de décliner.

******************************

19 juin 2018
Dégustation verticale des FENDANT LA PERLE DU VALAIS au Domaine du Mont d’Or.
Les millésimes vont de 2009 à 1990.
Je vous livre uniquement les millésimes que j’ai trouvé au-dessus du lot.

FENDANT LA PERLE DU VALAIS, DOMAINE DU MONT D’OR 2000 (****)
Arômes racés avec de la minéralité et de beaux tertiaires. Vin équilibré, structuré et riche avec de notes de miel
qui démontrent bien la haute maturité de récolte. Une belle amertume positive marque la longue finale.
FENDANT LA PERLE DU VALAIS, DOMAINE DU MONT D’OR 1998 (***)
Arômes élégants, sur le type variétal. Touche minérale avec du seigle. Vin très charnu pour un Fendant,
mais il est resté jeune. Bel équilibre. On sent une touche de miel.
FENDANT LA PERLE DU VALAIS, DOMAINE DU MONT D’OR 1997 (***)
Nez floral avec du miel. C’est ample et mûr de fruit. Vin charnu et rond, mais marqué par une bonne acidité en finale.
FENDANT LA PERLE DU VALAIS, DOMAINE DU MONT D’OR 1995 (****)
Arômes racés et nobles. On sent le magnifique terroir. Le type du cépage est encore bien présent malgré l’âge.
Vin harmonieux et structuré avec un caractère marquant.
FENDANT LA PERLE DU VALAIS, DOMAINE DU MONT D’OR 1992 (***)
Arômes élégants et amples. On sent une forte maturité de récolte, mais ce n’est pas « compoté ».
Vin gras qui bénéficie d’une belle acidité avec une amertume de soutien.
En bouche, au contraire de l’olfaction, le fruit est resté jeune et frais.
FENDANT LA PERLE DU VALAIS, DOMAINE DU MONT D’OR 1990 (****)
Arômes denses et racés. Le caractère est très présent. Notes d’humus et de terre humide, mais le type du
cépage est toujours là. Vin rond, riche et plein. La splendide finale est marquée par de l’amertume
positive et par une magnifique minéralité.

******************************

14 juin 2018
CHAMPAGNE BILLECART-SALMON CUVEE NF 1983 (****)
Belle couleur dorée. Nez racé et noble. On y ressent le Chardonnay sur les tertiaires. Note crayeuse.
Vin très serré et dense. Une touche de citron lui donne de la vivacité.
Il lui manque juste d’un peu de classe ou d’équilibre pour atteindre la meilleure note.
CHATEAU LATOUR 1986 (****)
Très beau vin corsé et riche. Il y a la classique force du Latour, mais le terroir ne ressort pas de manière
aussi noble que d’habitude.
CHATEAU CHEVAL BLANC 1986 (****)
Vin élégant avec des fruits rouges bien mûrs.
Le velouté du cru est présent, mais l’ensemble n’est pas aussi noble que l’on voudrait.
CHATEAU CHEVAL BLANC 1970 (***)
Arômes ouverts, vivants et vrais même si on sent une récolte pas parfaite. Vin fruité et vif, de structure moyenne.
Note de cuir ou de gibier. Resté encore assez jeune.
CHATEAU HAUT-BRION 1937 (****)
Grand vin de caractère qui n’atteint pas le niveau de la bouteille bue en 2014.
MADEIRA BOAL LEACOCK’S SOLERA 1826 (*****)
Les arômes ont une densité, une finesse et une pureté extrêmes. Le côté « rancio » est parfait.
On sent encore beaucoup de fraîcheur. Vin dont la fine douceur est rehaussée par une grande vivacité.
La complexité est énorme, la longueur aussi. Grand moment.
TOKAJI 5 PUTTONYOS INSTITUT DE RECHERCHE 1973 (*****)
Cru élevé par l’Institut de Recherche du Vin et de la Vigne dans la Cave de Tarcali, et commercialisé
par la Maison Ampelovin.
Nez d’une densité incroyable. La finesse est exceptionnelle. Une touche d’acidité volatile amplifie positivement les arômes.
Le vin est très doux, mais c’est une douceur délicate qui part sur du sucre candi. Le soutien d’acidité est impressionnant.
Le palais est fortement excité par ces sensations fortes et séduisantes qui perdurent longtemps.

******************************

11 juin 2018
FENDANT, CAVE FIN BEC, MICHEL CLAVIEN 1968 (****)
Et oui, un Chasselas qui fête ses 50 ans peut être excellent! Les arômes sont complexes et élégants. C’est très floral.
Le vin est équilibré et sec. Il a une tenue peu commune.

******************************

2 Juin 2018
CHARMES-CHAMBERTIN, ARMAND ROUSSEAU 2003 (*****)
Grand vin qui n’a pas subi les inconvénients des chaleurs du millésime. Tout est parfait et bien ferme encore.
CLOS DE LA ROCHE, ARMAND ROUSSEAU 2003 (*****)
Grand vin qui n’a pas subi les inconvénients des chaleurs du millésime. Tout est parfait et bien ferme encore.
CLOS DE LA ROCHE, ARMAND ROUSSEAU 2000 (*****)
Grand vin velouté au fruit parfait. Tiendra encore longtemps.
CHATEAU CHEVAL BLANC 1975 (*****)
Cette bouteille est du même niveau que les autres bues ces dernières années. C’est donc toujours très grand.
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1975 (*****)
Une bouteille parfaite. Tout est encore dynamique et concentré. La classe du terroir ressort sans conteste.
C’est majestueux.

******************************

1 juin 2018
TIGNANELLO, ANTINORI 1990 (*****)
Vin qui garde une jeunesse étonnante. La structure est forte, mais l’ensemble reste équilibré et droit. Du très haut niveau.

******************************

19 mai 2018
HUMAGNE ROUGE GRAND METRAL, PROVINS VALAIS 1993 (****)
Vin pur et typé, structuré sans lourdeur. Equilibre parfait. Très jeune encore. Vin « vrai ».
CHATEAU LANESSAN, HAUT-MEDOC 1918 (***)
Vin très classique. Il a beaucoup de pureté. Notes de tabac et d’humus. Fruits noirs.Vin équilibré de structure moyenne. L’acidité lui procure encore de la fraîcheur. Il manque bien entendu de corps, mais tout est agréable. Un centenaire toujours debout, même s’il vacille un peu.
ERMITAGE LES CHAPELLES, PROVINS VALAIS 1976 (*****)

Superbe couleur or. Nez typé, dense et dynamique. On devine une certaine sur maturation de la récolte.
Notes d’abricot séché. Vin équilibré et jeune. La petite douceur d’origine s’est transformée en un gras parfait.
L’amertume du cépage soutient la très longue finale. Quelle harmonie!

GRAIN DE MALICE, PROVINS VALAIS 1998 (*****)
Au nez: noblesse, caractère et harmonie. Vin dont la douceur est compensée par une acidité élevée. On sent le citron confit. Tout est très pur et encore bien jeune.
LACRIMA, CAVE L’ANGELUS 1996 (*****)
Je ne l’avais plus bu depuis quinze ans. C’est certainement encore plus grand qu’avant! Nez marquant, d’une pureté angélique. Vin très fin, mais aussi exceptionnellement dense. On est sur les abricots confits et sur de la crème fouettée. L’acidité est si belle qu’elle excite le palais pour son plus grand bonheur.
TOURBILLON, PROVINS VALAIS 1998 (*****)
Au départ, on sent une touche d’acétone qui disparaît avec l’aération. La complexité est remarquable, mais ce sont les fruits confits qui dominent. Vin très concentré en tout. La grande douceur n’a rien de collant car l’équilibre est parfait. Longueur énorme.
TOURBILLON, PROVINS VALAIS 1995 (*****)
Grand liquoreux de style Tokay. Notes de bergamote et de thé froid. C’est très pur avec une grande complexité.
TOURBILLON, PROVINS VALAIS 1994 (*****)
Fabuleux arômes qui font penser à des grands Riesling allemands. Vin d’une vivacité extrême malgré la douceur. On est au sommet de l’harmonie et de la densité. Longueur infinie.
TOURBILLON, PROVINS VALAIS 1993 (*****)
Vin fabuleux en tout. Le style est différent du 1994. On se rapproche plus des vins avec des élevages style oxydatif. On atteint le sommet de la densité et de la concentration. Une anthologie.