QUELQUES EVENEMENTS RECENTS

 


 

Mise à jour: 12 août 2017

 

11 août 2017
COMPLETER MALANSERREBE, DONATSCH, GRISONS 2014 (*****)
Couleut jaune très dense, magnifique. Arômes forts et droits avec un fruité parfait. Le caractère est là.
On sent la haute personnalité du sujet. Notes d’agrumes.
Le vin est à la hauteur de ce qui est ressenti au nez. Tout est là: force, pureté, densité.
La trame est serrée, mais le glycérol y rajoute juste du gras. Longueur énorme.
Vin blanc exceptionnel.

************************************************

24 juillet 2017
RIESLING GRAND CRU HENGST SAMAIN, JOSMEYER 2008 (*****)
Une visite en Alsace m’a permis d’y (re)découvrir des vins blancs vraiment secs.
Ce Riesling a des arômes purs, fins et vivants. On est sur des agrumes très frais et une minéralité noble.
La bouche est tonique et droite, sans aucun arrangement qui aurait dénaturé la qualité du raisin de base.
Le palais est vivifié par l’acidité citronnée qui côtoie un fruit parfait. Le terroir magnifie la finale par son minéral cristallin.
Aucune lourdeur, mais beaucoup de substance.
Les dix ans de bouteilles n’ont fait que de développer les potentialités originelles.
A boire sans modération si on a la chance de s’en procurer.

************************************************

7 juillet 2017
CHATEAU CALON SEGUR 2003 (*****)
J’ai peu bu ce vin, malheureusement. Ce 2003 a de la structure, de la classe et un grand équilibre.
Il ne souffre absolument pas des conditions extrêmes de l’année. Grand plaisir. Tout est là.

************************************************

1 juillet 2017
MALVOISIE, DOMAINE IMHOF, VALAIS 1968 (****)
Les arômes sont complexes et délicats. On sent une récolte très mûre, sans défaut.
L’âge lui a procuré noblesse et sagesse. Le vin est harmonieux. La densité est là, mais on reste sur le registre de la subtilité.
Le fruit très charnu confine le sucre, mais l’acidité vivifie l’ensemble. Un plaisir tout particulier.
CHATEAUNEUF-DU-PAPE, CHATEAU DE BEAUCASTEL 1989 (*****)
Un des plus grands millésimes au domaine. Les arômes sont vraiment impressionnants de densité et de pureté.
Le fruit est parfait de récolte. Le vin réussit la gageure d’être puissant et riche sans avoir de lourdeur.
Il présente en effet une étonnante « buvabilité ». Que c’est beau!
En ce moment, il est grandiose, mais on devine que son potentiel est énorme.
BAROLO COLLINA RIONDA RISERVA, BRUNO GIACOSA 1989 (*****)
Un des monuments absolus du millésime. C’est la bouteille la plus « fermée » que j’aie bue.
Il prend donc le même chemin que certains des plus grands Bordeaux 1982 dégustés il y a quelques jours:
il retourne dans sa coquille et décide de nous faire attendre.
PINOT NOIR MERLOT, FAMILIA SCHROEDER, ARGENTINE 2003 (*****)
Je ne connaissais pas ce vin. A l’évidence, le travail effectué pour arriver à ce résultat porte ses fruits.
On sent une récolte concentrée et mûre. Le caractère ne manque pas. L’élevage est parfaitement maîtrisé.
Le vin est riche et corpulent. Cela paraîtra exagéré pour certains, mais j’ai trouvé qu’on côtoyait vraiment les hauts niveaux.
A attendre impérativement.