QUELQUES EVENEMENTS RECENTS

************************************************

Mise à jour: 16 avril 2018

************************************************


15 avril 2018
BRUNELLO DI MONTALCINO, SOLDERA 1999
(*****)
(vigne Case Basse) (L A62)
Les arômes ont une densité exceptionnelle.
On est sur une corbeille de petits fruits accompagnés par des notes de cuir et d’épices fine.
Le caractère est marquant. Vin fort doté d’une base solide.
La jeunesse et le dynamisme sont impressionnants. Il n’a pas encore atteint son apogée.

************************************************

12 avril 2018
CHATEAU MUSAR BLANC 2003 (****)
Excellent vin de caractère. On n’est pas dans le standard actuel et c’est tant mieux!
VOUGEOT BLANC 1ER CRU, DOMAINE DE LA VOUGERAIE 2004 (****)
Excellent cru très typé Chardonnay de Bourgogne. On y ressent les fruits exotiques et une belle minéralité.
Le vin est sec, mais enrobé par un beau glycérol. Il lui manque juste un peu de « dimension ».

CHATEAU MUSAR ROUGE 1980 (*****)
C’est le grand style baroque. Le fruit est très ample et mûr.
Le gras confine avec le sucre, mais l’acidité soutient très bien l’ensemble. Il se moque des notes techniques.

TIGNANELLO, ANTINORI 1979 (*****)
La bouteilles est parfaite. On se croirait devant un grand Bordeaux classique. Quelle noblesse!
Les arômes partent sur les fruits noirs accompagnés par des notes de réglisse et de sous-bois.
La structure est remarquable sans être pesante. Grande harmonie du début à la fin.

CABERNET SAUVIGNON UNFILTRED, MONDAVI 1988 (*****)
Vin qui fait penser à un grand Bordeaux classique. La structure est forte, mais il n’y a rien de pesant.
Les tannins sont encores fermes.

BLACK LABEL, WOLF BLASS 1986 (*****)
Vin qui procure le grand plaisir même si tout est sur dimensionné chez lui. Le grand baroque.
L’attaque est sucrée mais la concentration du fruit et des tannins procure l’équilibre nécessaire.
Une pièce imposante mais sensuelle et séduisante. (Cabernet / Shiraz)

CHATEAU CANON 1988 (*****)
Un vrai St-Emilion avec son onctuosité et son charme. Il est au sommet maintenant.
CHATEAU HAUT-BAILLY 1988 (*****)
Vin structuré est harmonieux. Il est resté un peu austère, mais la classe est remarquable.
VIN DE CONSTANCE, KLEIN CONSTANTIA 2007 (*****)
Un des grands liquoreux du monde. Ce Muscat est très équilibré et onctueux.
Il reste très vivant et frais en finale.

************************************************

9 avril 2018
PINOT NOIR, GANTENBEIN, GRISONS 2009 (*****)
Vin somptueux, très corpulent.
L’élevage se ressent encore un peu, mais c’est très fondu et les tannins sont soyeux.
Belle fraîcheur finale. Grande structure.
CORNALIN CHAMPMARAIS, JEAN-RENE GERMANIER 2010 (*****)
Vin très équilibré, même si toutes ses composantes sont fortement dimensionnées.
Il est en plénitude à l’heure actuelle, mais il est loin de décliner.

 

************************************************

 

31 mars 2018
MARSANNE GRAIN NOBLE SELECTION SPECIALE, CAVE LA LIAUDISAZ 1996
(*****)
L’année a bien voulu sécréter quelques litres d’un moût dépassant de loin les canons habituels des liquoreux.
Le sujet exceptionnel se développe toujours plus avec les années! La couleur est d’un magnifique or dense avec un début d’ambre.
Les arômes sont purs, denses et complexes.
On sent les confits, mais aussi le raisin de Corinthe, le caramel, le thé noir froid, la truffe, la date, le sucre candi…
On devine un nectar qui a déjà pu s’épanouir lors de l’élevage grâce à une « protection modérée ».
La bouche est d’une longueur infinie. La sucrosité élevée n’a rien de pesant ou de collant car l’acidité atteint des niveaux impressionnants.
La finale est pourvue d’une vivacité qui titille le palais jusqu’à l’affoler. Que c’est excitant!
Le style de ce liquoreux est si spécifique que la typicité du cépage (Marsanne) ne ressort pas de manière notoire.
Grandiose maintenant plus qu’avant, et tiendra encore des décennies.

 

************************************************

30 mars 2018
CHATEAU GRUAUD LAROSE 1986 (*****)
Dégusté à l’aveugle, mis en carafe. Au départ, cela semble un peu vieilli et manquant de structure.
Au fur et à mesure que les minutes passent, le sujet rajeunit et s’ouvre.
Tout est équilibré et soutenu par une structure de base remarquable. Le caractère est là, et quel caractère!
On est sur le Bordeaux classique qui reste encore très nature, même si on sait que 1986 marque un
tournant oenologique important à Bordeaux. Un grand vin qui demande un palais habitué.

 

************************************************

 

21 mars 2018
Une verticale de RIOJA GRAN RESERVA 904 & 890 de la RIOJA ALTA.
Plusieurs bouteilles n’ont pas été convaincantes.
Je ne mets ici que les crus qui m’ont semblé les plus remarquables.

RIOJA GRAN RESERVA 890, LA RIOJA ALTA 1982 (*****)
Nez très ouvert et ample, sur l’élégance. On sent une belle matière.
Vin somptueux, très structuré mais pas lourd. Le gras dense enrobe bien le fruit, les tanins et l’acidité.
La longueur indique bien la qualité du sujet. Parfait maintenant, mais ne donne aucun signe de fatigue.
RIOJA GRAN RESERVA 904, LA RIOJA ALTA 1970 (*****)
Nez de grand classique de Bordeaux.
On est sur les petits fruits rouges avec des notes de tabac et de cuir. S’y rajoute de l’écorce de mandarine.
C’est une personnalité marquante.
Vin fort sans être lourd. Il semble y avoir une certaine douceur, mais l’acidité élevée compense. Vivant et long.

RIOJA GRAN RESERVA 890, LA RIOJA ALTA 1955 (*****)
Beaucoup de personnalité au nez. C’est complexe. Fruits noirs, bois doux, herbes aromatiques.
Vin corsé mais pas lourd. La texture est très soyeuse. Le gras est parfait. Tout est encore dynamique.
La substance est consistante sur toute la longueur de bouche. Les tannins somptueux sont comme « granuleux ».
Grand vin qui dégage une forte présence.

************************************************

9 mars 2018
BAROLO VILLERO DI CASTIGLIONE FALLETTO, BRUNO GIACOSA 1989
(*****)
Magnifique couleur rouge juste un peu orangée.
Arômes nobles et complexes. Le fruit semble parfait de récolte. La race et le caractère sont là.
Le millésime exceptionnel se ressent.
Le vin est parfait dans l’harmonie de ses composantes. Il n’a aucune lourdeur ni vieillissement.
Un grand moment offert par Monsieur Giacosa.

 

************************************************

1 mars 2018
Splendide verticale de SYRAH L’ODALISQUE THIERRY CONSTANTIN.
Excusez-moi de ne mettre ici que les cinq millésimes que j’ai préférés.

SYRAH L’ODALISQUE, THIERRY CONSTANTIN 2008 (*****)
Nez très pur, comme un Bourgogne! Beaux fruits rouges bien mûrs. Vin de séduction, très velouté, en dentelle.
Rien de lourd. Tout est fondu en restant dynamique grâce à l’acidité.

SYRAH L’ODALISQUE, THIERRY CONSTANTIN 2006 (*****)
Grande personnalité au nez. On est sur les fruits noirs et le graphite. Touche de cuir.
Vin harmonieux et riche, mais sans lourdeur. Vivant et expressif. Superbe acidité finale.
Une note végétale positive rajoute encore de la fraîcheur.

SYRAH L’ODALISQUE, THIERRY CONSTANTIN 2005 (*****)
Au nez, on sent un fruit parfaite de récolte, encore jeune. Vin harmonieux, très long, pur et fin.
Le fruit est dynamique du début à la fin.

SYRAH L’ODALISQUE, THIERRY CONSTANTIN 2004 (****)
Arômes spéciaux qui partent sur la purée de marron, la fougère et le tabac. On sent la sagesse de l’âge.
On ne peut que faire un rapprochement avec du Bordeaux. Vin à la suavité enjôleuse. Mais l’acidité le soutient.
L’harmonie est son grand atout plutôt que la structure.

SYRAH L’ODALISQUE, THIERRY CONSTANTIN 2003 (*****)
Arômes resplendissants, tout en noblesse et en élégance. La notion de cépage est dépassée.
Vin parfait dans toutes ses composantes. Il est rond mais pas doux.
La fraîcheur finale est incroyable au vu des caractéristiques du millésime. Jeunesse fantastique.

CONCLUSIONS
Thierry Constantin produit une Syrah qui n’a que peu à voir avec celles des autres producteurs valaisans.
Sa particularité tient principalement dans le fait qu’il récolte pratiquement toujours plus précocement que la moyenne.
Le résultat est plutôt positif: fraîcheur de fruit et acidité vivifiante.
Cela est particulièrement mis en valeur sur des millésimes très chauds comme 2005 et surtout 2003.

 

************************************************

 

28 février 2018
Mon ami Steve Bettschen a organisé une magnifique verticale de Baroli de
BARTOLO MASCARELLO

– Les plus jeunes (2011, 2010 et 2009) sont excellents et pleins de promesses
– La bouteille de 2008 semblait ne pas être parfaite
– Parmi les suivants, les millésimes reconnus comme grands ont confirmé: 2007, 2005, 2001 et 1999 méritent les meilleures notes.
Ils sont superbes maintenant et ont le potentiel pour tenir.
– Le 2006, un peu baroque, laisse perplexe. Comment va-t-il évoluer?
– Le 2003 est très bon, mais il souffre du climat torride de l’année
– Une surprise des plus agréables vint en dernier: le 1991, contre toute attente fur vraiment sensationnel.