LES DERNIERES NOUVELLES

Mise à jour du 2O mai 2024 à 12h30

Pour toutes les photos de ce site

**************************************************

 

8 mai 2024

 

 

BAROLO, MARCHESI DI BAROLO 1964
La couleur a très bien tenu. Le vin est remarquablement bon.
On est sur les fruits rouges. La fraîcheur est apportée par une belle acidité.
L’ensemble est équilibré, sans être riche ou lourd.

 

 

CABERNET SAUVIGNON UNFILTERED, MONDAVI 1994
Vin assez subtil, dans la classe, l’élégance et l’équilibre. On se croirait sur
un grand Bordeaux classique. Donc, rien n’est lourd, mais la trame est serrée.
Un vrai plaisir.

 

OPUS ONE, MONDAVI 1986
Encore une fois on remarque que ce genre de vin doit attendre plusieurs
décennies pour exprimer toutes ses qualités. On est un peu dans l’opulence,
il est vrai. Mais l’équilibre et la classe sont au rendez-vous. Le caractère est
marqué, ce qui est positif puisque l’on s’éloigne de la standardisation.
Un pièce de choix, riche et concentrée. 

**************************************************

3 avril 2024

 

 

CLARETE ROMANCERO, INDUSTRIAS MUERZA 1939
Sous Clarete, on entend, dans cette région de la Rioja, un vin d’assemblage
de raisins rouges et blancs. Les arômes sont un peu stricts, sur les fruits
rouges juste mûrs. La bouche est de densité moyenne avec de la vivacité.
Mais on doit avouer que ce vin est encore bien frais pour son âge (85 ans).

 

BRUNELLO DI MONTALCINO, BIONDI-SANTI 1977
Dégusté à l’aveugle, j’ai beaucoup aimé son style net et propre, et sa grande
classe. Rien ne dépasse ni ne donne l’impression de vouloir s’imposer. Pourtant,
la densité est remarquable. En bouche, la trame est serrée avec un fruit très pur.
Les tannins sont parfaits. Un grand sujet qui joue plutôt sur la noblesse discrète
que sur l’opulence. Il n’est pas loin de son frère « Riserva » du même millésime.

 

 

CHATEAU L’EGLISE-CLINET 1961
Au départ, c’est un peu rustique. Arômes et goûts mettent un certain
temps pour se mettre en place. L’ouverture permet le développement
optimal. Le nez est racé et noble. On est sur des fruits noirs bien mûrs
et de l’humus. La bouche est dense et parfaitement équilibrée.
Les tannins sont encore bien vaillants. C’est un vrai classique bordelais,
d’un niveau très élevé. Mais on n’atteint pas la magnificence des plus
grands du millésime.

**************************************************

29 mars 2024

 

 

CHAMPAGNE BLANC DE BLANCS, PIERRE PERTOIS
Sous ce nom, ce Champagne n’existe plus. La bouteille doit être des
années 1960. Les arômes expriment un caractère fort. Les tertiaires sont
positifs: minéralité limoneuse, champignons, terre humide. La bouche est
vive, même si la bulle est discrète. Il n’y a aucune rondeur, mais un certain
gras enrobe le fruit frais et l’acidité. Grande longueur. Beaucoup de classe.

 

RECIOTO DELLA VALPOLICELLA AMARONE, BERTANI 1990
A l’époque, on ne mettait pas encore le mot Amarone seul. Arômes élégants
et amples. On sent une certaine richesse mais c’est contenu. La bouche est
concentrée et dense. Il y a même pas mal d’alcool, mais l’équilibre est
parfaitement maintenu. L’ensemble est corpulent comme doit être un
Amarone, et il ne manque pas de distinction.

 

 

RECIOTO DELLA VALPOLICELLA AMARONE, BERTANI 1985
Les arômes s’expriment sur la force et le caractère. On sent la maturité du fruit
et le développement dû à l’âge. Les tertiaires, encore discrets, s’expriment sur
des notes de cuir. La bouche est riche et concentrée. L’ensemble est équilibré,
même si les composantes sont fortement dimensionnées.

 

RECIOTO DELLA VALPOLICELLA AMARONE, BERTANI 1974
Au nez, on devine que l’on est sur du sérieux. Le caractère est marqué et les
tertiaires bien présents. On y ressent du tabac, de la réglisse et un aspect
cuir-animal: c’est une forte personnalité qui en impose. La bouche est riche et
virile. Les tannins sont plus rustiques que sur le 1985 et l’acidité élevée.
L’ensemble est donc assez droit et strict. Mais la chair du fruit et le glycérol
aident beaucoup à l’équilibre. A l’heure actuelle, on ne laisserait pas un tel
caractère s’affirmer autant.

**************************************************

18 mars 2024

 

 

MAGNUM CHAMPAGNE CRISTAL, ROEDERER 2002
Ce grand millésime de Cristal continue d’évoluer positivement. Avec le temps, il
devient plus somptueux tout en gardant son dynamisme. Il tiendra encore longtemps.

 

JEREZ VERY OLD OLOROSO VINTAGE, CARRERA 1944
Arômes assez denses avec une certaine classe. On y ressent de l’amande, de la
figue, de la banane et des écorces. Le rancio est typique. En bouche, le gras et
l’acidité équilibrent un peu la richesse du vin, mais l’alcool est quand même assez
présent. La longue finale est marquée par un aspect iodé rafraîchissant.

 

 

RIESLING SCHARZHOFBERGER AUSLESE
EGON MULLER 2015

Arômes d’une pureté exceptionnelle. Le fruit est parfait de récolte. On y
retrouve un acidulé charmeur, du citron vert et une minéralité grandiose
bien qu’encore discrète. Vin harmonieux. Il semble être d’une douceur
modérée au niveau de la sensation de bouche. Mais on devine que c’est
l’acidité très élevée qui tempère sa grande sucrosité. Note de citron vert
et de pomme verte. C’est un vin grandiose, toujours en train de grandir.

 

TOKAJI 5 PUTTONYOS, KERESKEDOHAZ MUZEALIS 1949
Arômes typiques avec beaucoup de complexité. Notes de caramel au lait,
de sucre candi, de raisin de Corinthe, de poire et de noix. Une touche
d’acidité volatile ne fait que de rehausser les sensations. Le vin est dense
et concentré. La grande douceur est équilibrée par l’acidité. La finale est
vivifiante et fraîche. Longueur extrême.

 

 

MUSCAT SAMOS VERITABLE, ANTONIADES 1919
Couleur ambrée. Nez ample d’herbes aromatiques mêlées à du Rhum.
On y retrouve de la menthe poivrée. Vin somptueux avec beaucoup de
sucre et de glycérol. C’est onctueux jusqu’à la viscosité. Mais plusieurs
autres composantes contribuent à une remarquable harmonie: acidité
élevée, amertume d’herbes macérées et d’écorces d’agrumes, iode.
Sujet grandiose, hors des sentiers habituels.

 

RED PORT, MASSANDRA 1918
Couleur brunie, peu limpide. Arômes complexes, assez spéciaux. On est
sur de la noix, du kirsch et des herbes macérées. L’aspect médicinal qui
s’y rajoute est intéressant. Vin dont la grande douceur est compensée par
une acidité élevée. Il est concentré mais pas corpulent. La finale est
marquée par de l’iode et de la livèche. A l’aveugle, on pourrait dire qu’il
s’agit d’un intermédiaire entre du Porto et du Madeira.

 

 

PORTO GARRAFEIRA, NIEPOORT 1938
Jolie couleur ambrée. Arômes d’une énorme ampleur. Pureté exceptionnelle
et grand caractère. La complexité passe par de la confiture de fraise, du
caramel, du chocolat et du Rhum. La bouche est immense, d’une
concentration hors norme. Mais l’harmonie est sans défaut.
Vin hors du temps, vraiment fantastique.

 

MADEIRA VERDELHO SOLERA
CASA DOS VINHOS DA MADEIRA 1898

Au nez, le rancio est idéal avec une classe exceptionnelle. Note minérale-iodée
noble. Et quelle pureté aussi! La bouche est très fruitée, sur le jus d’orange
sanguine et les agrumes, ce qui octroie une grande fraîcheur à l’ensemble.
La trame est très serrée. La finesse va de paire avec la concentration.
Une sorte de perfection hors du temps.

**************************************************

12 mars 2024

 

 

CHAMPAGNE BELLE EPOQUE, PERRIER-JOUËT 2014
La bouteille est ouverte le matin pour le soir. Tout est parfait, semble-t-il. Mais la
bulle est intempestive. Le soir, juste avant de servir, je passe le vin en carafe.
Le résultat est positif. Les arômes et les goûts sont plus ouverts et élégants.
C’est un Champagne de classe avec les notes habituelles de beurre noisette.
L’effervescence est maintenant moins agressive. Je fus étonné d’apprécier ce
Champagne tel quel, alors qu’il est bien entendu bien trop jeune.

 

ACININOBILI, MACULAN 2003
(0,375)
C’est un grain noble (comme l’indique son nom en italien) de haut niveau élaboré
à partir de Vespaiola. Les arômes font tout d’abord penser à un Château d’Yquem.
On y ressent de la pâte de fruits, surtout l’abricot. S’y rajoutent des notes crémeuses.
C’est fin, pur et dense. La bouche est très douce et onctueuse, mais la fraîcheur est
aussi au rendez-vous. Du reste, l’acidité réveille le palais en finale. Un grand sujet.

 

 

ACININOBILI, MACULAN 1993
Arômes complexes avec une finesse exceptionnelle. On y retrouve du
raisin de corinthe, de la banane, du caramel, de la figue… De plus, une
touche d’acidité volatile rehausse l’ensemble. La bouche est dense, avec
une douceur de sucre candi qui fait penser à de grands Tokaji. Le fruité
part aussi sur l’écorce d’orange. Le botrytis est très marqué. L’acidité
élevée soutient l’ensemble dès l’évolution. La densité est vraiment
marquante. Un liquoreux d’exception.

 

ACININOBILI, MACULA 1985
Il s’agit du premier millésime de ce cru. Arômes délicats et fins, sur les
fruits à noyau, avec du raisin de corinthe et du thé refroidi. Le vin est
harmonieux, pur, droit et vif. La douceur est discrète. On y ressent une
belle personnalité. Les tertiaires s’expriment sur les champignons et la
cendre. La finale est rehaussée par une amertume iodée.

**************************************************

11 mars 2024

 

 

TRADITION HERITAGE CUVEE 50 YEARS
SCHLOSS GOBELSBURG

Arômes nobles avec une minéralité très pure. Il y beaucoup de présence
même si la densité semble moyenne. Grand vin harmonieux et noble.
La structure se devine plus en bouche qu’au nez. Un sujet de grande
envergure avec beaucoup de personnalité.

 

AO YUN 2019
Arômes élégants, sur les fruits noirs bien mûrs. Note de tabac. L’élevage
est discret, et c’est positif. Vin très structuré avec des tannins fermes,
encore bien jeunes. Le boisé se ressent plus en bouche qu’au nez.
Je préfère ce 2019 aux 2018 et 2015, car il me semble un peu plus
équilibré et moins marqué par l’extraction.

 

 

PETIT VERDOT TOKNAR, VON SIEBENTHAL
Au nez, le caractère va de paire avec l’élégance. Beaucoup d’ampleur.
Les tertiaires (cuir) qui apparaissent sont fort agréables. Vin équilibré
avec une trame serrée. Les fruits rouges dominent. Note sanguine
intéressante. Les tannins sont fermes mais fins. Belle longueur.

 

KOPAR VILLANYI CUVEE, GERE ATTILA 2006
Arômes élégants, racés et complexes. Le fruit semble bien mûr de récolte.
Note de bois exotique avec de la menthe. Vin harmonieux, riche et
structuré mais sans lourdeur. Les tannins sont encore fermes. Splendide sujet.

 

 

CHATEAU MUSAR 2008
Arômes élégants, séduisants, sensuels… On est sur des fruits
gorgés de soleil. Il y aussi un aspect cuir-animal, assez habituel
de Musar, mais c’est positif. Le vin est riche, presque épais de
par son glycérol. Mais l’acidité rehausse le tout parfaitement.
Une belle personnalité.

 

MALBEC ESTRELLA, WEINERT 1994
Les arômes partent sur les fruits noirs bien mûrs. Tout est encore
bien jeune et frais. C’est aussi très dense et marqué par de l’iode.
Le vin est concentré et noble. Le fruit est très vif et pur. Les tannins
somptueux sont assez présents. Ce grand sujet est encore bien trop
jeune. Il faut dire qu’il est issu d’un millésime exceptionnel et qu’il a
bénéficié d’un élevage de plus de 15 ans.

 

 

HARLAN ESTATE 2006
Arômes élégants avec de la classe. Enorme ampleur. Le fruit semble
parfait de récolte. Vin puissant, charnu, monumental… Avec une telle
concentration, on est étonné d’y trouver une aussi bonne buvabilité.
Très très long. Tout est là, sauf qu’il est encore bien trop jeune.

 

GRANGE HERMITAGE, PENFOLDS 1981
Arômes fantastiques avec une personnalité hors norme. C’est complexe
au possible. On y ressent une récolte très mûre mais parfaite. Tout est là,
avec une densité impressionnante. La chair est onctueuse et concentrée.
Notes de cuir, de tabac et de café. Le glycérol presque épais enrobe
toutes les composantes du début à la fin. Exceptionnel!