LES DERNIERES NOUVELLES

Mise à jour du 20 septembre 2021 à 8h30

Pour toutes les photos de ce site

**************************************************

 

La dégustation historique de 11 millésimes
de Madeira de 1820 à 1720
est présentée sous « grands événements »

**************************************************

30 août 2021

CHATEAU D’YQUEM 1978
Millésime qui n’a donné que très peu de bouteilles. Les arômes sont complexes
et denses. Ils tirent sur les écorces d’agrumes et les fruits confits. De la noblesse
avec une grande personnalité. Le vin est concentré et fort. Sa douceur n’est pas
très marquée, mais elle enrobe bien toutes les composantes. La trame est serrée.
Le fruit confit est rehaussé par une haute acidité et par l’amertume fraîche des
écorces d’agrumes. Pour moi, un grand Yquem avec son propre style.

PORTO VINTAGE FINEST RESERVE, ANDRESEN 1982
Porto de haut niveau avec toutes les caractéristiques voulues:
densité, richesse, équilibre.

MADEIRA SERCIAL
ALFREDO GHUILHERME RODRIGUES 1920

Vin qui présente les caractéristiques d’un Madeira. Mais la pureté et la précision
ne sont pas au rendez-vous.

MALAGA CHINADO, BARCELO
Bouteille certainement des années 1940. C’est la première fois que je vois un
Malaga qui a été macéré avec de la quinine (c’est écrit « Chinado »). La couleur est
quasi noire. Les arômes sont amples et forts avec beaucoup de personnalité.
On y ressent l’aspect de plante macérée. Le vin est très doux, mais l’amertume
de la macération y rajoute de la fraîcheur et de la complexité.
Une grande réussite pour un produit inédit.

**************************************************

23 août 2021

BELA REX, GESELLMANN 2015
Vin de style international très bien fait. Bel équilibre.
CABERNET SAUVIGNON, MONDAVI 1999
Cru qui met toujours du temps pour parvenir à son apogée. Tout est bien là, de
l’équilibre à la structure. De plus, il tiendra encore des années.

BARCA VELHA, FERREIRINHA 1983
Arômes complexes avec une certaine délicatesse. On est sur des fruits rouges
accompagnés par des notes de sous-bois. Le vin est plus marqué par la pureté et
l’équilibre que par la force. Il est doué d’une belle personnalité avec de la noblesse.

GRANGE, PENFOLDS 1997
Un grand monument qui réunit concentration et harmonie.
De plus, sa personnalité est marquante.

**************************************************

14 août 2021

CHAMPAGNE CUVEE RENE LALOU, MUMM 1971
Champagne passé avec bonheur en carafe. Couleur légèrement ambrée.
Arômes d’une grande pureté avec un caractère noble et droit. On y retrouve
de la pâte d’abricot avec son noyau. Une minéralité très fine s’y rajoute. On
sent un cru qui a bénéficié positivement de l’âge, mais son fruité d’agrumes
lui procure une fraîcheur incroyable. Que c’est vivant! La bouche est aussi
très dynamique avec une harmonie parfaite. Le vin est fruité et vif. La bulle
est peu marquée mais elle octroie l’effervescence idéale. La trame est serrée
avec un fruit qui ne fait que de se rajeunir à l’aération. Un Champagne de
haute dimension, marquant. Sa buvabilité est telle que l’on voudrait en boire
un magnum tout seul.

SAVAGNIN ANTIDE, JEAN-FRANCOIS GANEVAT 2015
Couleur or profond. Arômes nobles et fins avec beaucoup de densité. On sent
une vraie nature, droite et pure. Le fruit est soutenu par une minéralité marquée.
Cela lui procure une grande personnalité. En bouche, le vin est dense avec un
fruit parfait de récolte. Beaucoup de fraîcheur sur une très longue finale.

CHATEAUNEUF-DU-PAPE LA TIARE
PIERRE DUPOND 1989

Arômes extrêmement délicats et fins. On est sur des fruits rouges mûrs à souhait
mais sans excès. Tout est séduisant. J’ai pensé à un Bourgogne car j’y trouvai
toutes les caractéristiques: je me suis trompé lourdement! En bouche, les fruits
rouges charnus dominent. Mais la finale révèle quand même des tannins solides
et une haute acidité. Ce vin est parfait maintenant. Je fus heureux de déguster un
si grand vin d’un producteur inconnu pour moi.

SHIRAZ JOHNSONS RESERVE, WYNNS 1999
Couleur très sombre. Arômes amples avec un fruit bien mûr mais resté très jeune.
Dégusté à l’aveugle, on imagine un cru non européen de très haut niveau. Il ne
manque pas de caractère. Vin concentré et riche qui reste équilibré.
Il n’est de loin pas sur le déclin.

CHATEAU LEOVILLE-POYFERRE 1983
Dégusté. Les arômes font penser aux grands vins anciens des années baroques,
comme 1947. Je ne sais pas si c’est réellement représentatif de ce vin sur ce
millésime. Le fruité sur mûr est élégant et ouvert, avec beaucoup de sensualité.
Tout semble être fait pour séduire. La bouche suit. La chair est veloutée et
charnue. Mais la finale est bien soutenue en acidité, ce qui le rend très vivant.
Je fus marqué fortement par ce vin car son style me réjouit.

ANEJO ESTERILIZADO, BATALLE 
La bouteille est du style utilisé pour les Porto, par exemple. Je n’ai pas trouvé
de renseignements suffisants concernant ce cru. L’étiquette indique que la
Maison Batallé se trouve à Barcelone. Les autres indications en espagnol sont
particulièrement inédites. Une signifie « spécial pour les malades », et l’autre
indique que ce vin est « stérilisé »!

La couleur est d’un brun clair. Les arômes font penser à un vin renforcé doux.
On est sur des fruits confits accompagnés par une minéralité iodée.
C’est élégant et fin. La bouche est marquée par une douceur modérée rehaussée
par une acidité élevée. La structure est plutôt moyenne. Si l’on devine un vin
renforcé, on remarque que ce n’est ni du Porto ni du Madeira.
Il a son propre style.

**************************************************

2 août 2021

BLANCO BRILLANTE RESERVA, FEDERICO PATERNINA 1912
Couleur moins ambrée que sur la bouteille bue il y a 6 mois. Arômes très fins et
délicats, sur les fruits confits. Légère touche minérale de terre limoneuse. Le vin
présente une petite douceur, plus marquée aussi que sur la bouteille bue il y a
6 mois. Cela fait penser à un ancien Sauternes de style moelleux. Très agréable.
BAROLO RISERVA, BORGOGNO 1947
Couleur assez claire. Arômes très élégants, sur un fruité de fraise écrasée, comme
sur certains Bourgogne. Beaucoup de pureté. Vin vraiment harmonieux et encore
dynamique. La structure n’est pas imposante. Le fruité de bouche est parfait.
Sujet séduisant avec beaucoup de buvabilité.
BAROLO RISERVA, BORGOGNO 1937
Couleur assez claire. Arômes marqués par le caractère rustique que l’on retrouve
parfois à cette époque. Mais c’est remarquable quand même car on sent une
très belle matière. Vin corsé mais sans lourdeur. Une personnalité qui ne laisse
pas indifférent.
BAROLO RISERVA, BORGOGNO 1931
Couleur assez claire. Arômes très denses avec un caractère aristocratique.
La toute petite acidité volatile rehausse les sensations. On y retrouve le fruit de la
fraise écrasée, mais aussi des notes de cuir et d’humus. Le vin est très frais encore
grâce à sa petite acidité volatile. Le fruit est resté jeune et pur. Grande longueur
avec beaucoup de buvabilité. Très grand vin.

**************************************************

28 juillet 2021

CHATEAU ROUGET 1959
Vin très bien tenu avec des tannins dignes de ces années-là. On sent
une grande concentration avec un fruit qui est resté jeune.
Mais le style est assez rustique.
BARBARESCO, BRUNO GIACOSA 1978
Du pur Giacosa dans le style. Le vin est d’une élégance toute particulière
avec un fruit onctueux. Le soutien d’acidité rehausse l’ensemble. Mais cette
bouteille n’atteint pas le génie que l’on pouvait attendre du millésime.
MADEIRA VERDELHO
ADEGA EXPORTADORA DE VINHOS DE MADEIRA 1912
La couleur est l’une des plus belles que j’aie vu: or mélangé avec de l’ambre
et du rouge. Les arômes sont l’exemple même du rancio désiré dans les Madeira.
C’est pur, complexe, fin et dense. On est sur le raisin sec, le caramel, les épices
orientales et le parquet ciré. Quelle noblesse! En bouche, les sensations olfactives
sont comme mises en pratique. L’harmonie est totale. Grande concentration des
composantes. L’acidité octroie une vie extraordinaire à cet adolescent de 109 ans.
Je dis adolescent car ce vin a encore un potentiel de vie de plus de 100 ans.
ICEWINE VIDAL, INNISKILLIN 2008
Couleur or dense profond. Les arômes très purs partent sur les confits de fruits,
dont l’abricot. Beaucoup d’amplitude et de séduction. Vin onctueux de par son
glycérol épais, mais aussi très doux. L’acidité très élevée assure l’équilibre.

**************************************************

4 juillet 2021

BAROLO FALLETTO DI SERRALUNGA D’ALBA
BRUNO GIACOSA 1995
Très beau Barolo de mon producteur préféré. L’équilibre et la structure
sont là. L’ensemble est très plaisant car l’âge a produit son effet bénéfique.
Il lui manque cepandant un peu de panache en finale.
VEGA SICILIA UNICO 1961
Bouteille fantastique. Tout est à nouveau là. Il est encore ferme avec
beaucoup de caractère et d’élégance. On sent une récolte concentrée
et mûre. La race est celle des meilleurs terroirs.

**************************************************

3 juillet 2021

FRANCIACORTA VINTAGE COLLECTION SATEN
CA’ DEL BOSCO 2013
Arômes vivants et frais avec de la race. On est plus dans la délicatesse
que dans la densité. Une petite minéralité pointe son nez malgré la jeunesse.
En bouche, la bulle est parfaite. Tout est pur et droit. Le fruit est vivant.
C’est une dentelle de plaisir.
BAROLO RISERVA, BORGOGNO 1941
Une surprise de taille! La bouteille a un bon niveau. La couleur, bien qu’un
peu claire, est plus soutenue que d’habitude sur les vieux Borgogno.
Les arômes sont enchanteurs dès le départ (il faut dire que la bouteille a été
doublement décantée le matin pour le soir). On est sur des fruits rouges
exubérants pratiquement sur mûrs. C’est très fin et séduisant. La bouche est
une longue vague fruitée sensuelle du début à la fin.
Il y a une certaine richesse, mais la structure est suffisante pour garder l’harmonie.
BARBARESCO ASILI RISERVA, BRUNO GIACOSA 2004
Vin de grande envergure avec toutes les qualités qu’arrive à présenter Giacosa
sur un grand millésimes. Les fruits rouges sont mûrs et élégants. La structure est
impressionnante. Au début, tout est fait d’harmonie et de plaisir. A l’ouverture, le
sujet se referme comme pour nous dire qu’il veut laisser son potentiel en gestion
durant quelques années de plus.

**************************************************

27 juin 2021

CHAMPAGNE CRISTAL ROEDERER 2008
Certainement un très grand millésime de Cristal. Il est noble et très
bien structuré. Il m’a plus impressionné qu’un 2004 bu récemment.
CHATEAU HAUT-BRION 1978
Très beau vin bien tenu. On sent la nature noble et délicate qu’est
capable de présenter Haut-brion sur les millésimes de structure moyenne.
REDIGAFFI, TUA RITA 1996
A l’aveugle, j’ai immédiatement ressenti un sujet de grande envergure.
La couleur est foncée. Les arômes sont expansifs, sur les fruits noirs en
coulis. La race est là aussi. La bouche est voluptueuse avec du volume.
Tout reste onctueux jusqu’à la fin, mais c’est soutenu en tannins et en
acidité. Un tout grand vin.

**************************************************

25 juin 2021

JEROBOAM RIESLING, DIDIER JORIS 2015
Couleur or dense. Les arômes vous font pratiquement entrer en Moselle
de par la minéralité. C’est noble, fin, racé et dense. Quelle classe!
La bouche est droite et nette, sans aucune sucrosité. La trame est serrée.
Le fruit est d’une grande jeunesse avec beaucoup de dynamisme.

**************************************************

19 juin 2021

 

 

MAGNUM RICHEBOURG, HENRI JAYER 1980
Belle couleur rouge un peu clair. Les arômes sont d’une pureté exceptionnelle.
On y sent le fruit rouge du Pinot Noir dans toute sa noblesse, cueilli au moment
idoine. Ce n’est pas vraiment dense, pourtant c’est marquant de classe.
Le vin est fruité au possible avec une jeunesse incroyable. On ne pourrait
du reste pas facilement donner un âge à cette petite merveille. Le génie
qu’avait Henri Jayer pour magnifier une récolte demeure peut-être inégalé.

 

 

HILL OF GRACE, HENSCHKE 1993
Couleur encore foncée et jeune. Les arômes sont prenants de densité.
On est sur les fruits rouges avec du tabac et du cuir. On sent une grande
personnalité. La bouche est très ample et onctueuse à l’attaque. Le vin est
riche, mais les tannins et la concentration des autres composantes lui
octroient de l’équilibre. Grand sujet imposant qui ne laisse pas indifférent.
Il a quand même de quoi nous émerveiller.
De plus, à 27 ans, il est encore devant un grand avenir.

**************************************************

15 juin 2021

CHATEAU COUTET 1970
La couleur est magnifiquement ambrée. Les arômes semblent indiquer une
récolte botrytisée avec ce fameux rôti. On y ressent aussi des confits de fruits,
des raisins de Corinthe et le caramel brûlé. C’est très fin, pur et dense.
La bouche est tout en harmonie. La sucrosité est plutôt délicate. Elle est bien
balancée par l’acidité. De plus, en finale cette acidité se mêle à une amertume
d’écorce d’agrumes qui rend l’ensemble très frais et dynamique.
La buvabilité est extrême car il n’y a aucune lourdeur.

**************************************************

14 juin 2021

CHATEAU MOUTON-ROTHSCHILD 1986
Dès le départ, on a su que Mouton 1986 était d’une constitution phénoménale.
Il le prouve toujours, 35 ans après. La couleur est presque noire. Les nez est
impressionnant d’ampleur et de densité. On est sur des fruits noirs avec du tabac.
La bouche est tout en puissance. L’équilibre est quand même au rendez-vous.
Le palais est longtemps imprégné par cette force de la nature qui semble même
encore trop jeune. Comme d’habitude sur ce cru, ce qu’on pourrait lui reprocher
(si on fait le difficile), c’est qu’il est un peu « massif ».

CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1986
Ouvert le matin pour le soir, il fut doublement carafé. Cela s’est montré indispensable,
car, à l’ouverture de la bouteille, j’ai eu un sérieux doute sur la qualité du vin.
Au moment de sa dégustation, le nez est d’une noblesse extrême. On est sur un fruit
parfait avec des aspects floraux, des épices nobles et du bois de santal. La bouche
est très concentrée mais rien n’est lourd. Il réussit à être d’une grande subtilité alors
que la matière de base est d’une constitution quasi monumentale. Il semble aussi
hors du temps car on n’arriverait pas facilement à lui donner un âge.
La classe du terroir de Lafite semble magnifiée sur ce millésime glorieux.

**************************************************

9 juin 2021

ECHEZEAUX, EMMANUEL ROUGET 2016
Arômes de fruits parfaits de récolte, sur la cerise (kirsch) avec un aspect terreux
noble et du floral. C’est déjà impressionnant au nez. Vin somptueux avec beaucoup
de gras à l’attaque. Les tannins athlétiques sont très présents. Vin bien entendu
encore beaucoup trop jeune, mais qui donne du plaisir aujourd’hui.

ECHEZEAUX, EMMANUEL ROUGET 2015
Arômes denses qui en imposent dès le début. On est sur la cerise (kirsch) avec
beaucoup de noblesse. Vin concentré sans être lourd. Sa ligne est parfaite de
début à la fin. Il semble encore plus harmonieux que le 2016 et posséder plus
de potentiel. C’est du haut vol.

ECHEZEAUX, EMMANUEL ROUGET 2014
Les arômes changent par rapport aux 2015 et 2016. On est cette fois-ci plus sur
la fraise que sur la cerise. C’est aussi très floral, moins dense mais plus délicat.
Cela fait penser à un grand classique. Note de cuir et de tabac. Le vin est fin avec
un fruit soyeux resté très jeune. Ce n’est pas puissant, c’est noble et subtil.
Il est très long malgré sa délicatesse. Vin des plus séduisants.

ECHEZEAUX, EMMANUEL ROUGET 2013
Vin de style classique. Il est harmonieux, mais il est moins dense que les 2015
ou 2016. On devine une récolte certainement plus difficile. L’acidité et les tannins
prennent quelque peu le dessus en finale. Sans la comparaison avec les autres
millésimes, on serait moins sévère.

ECHEZEAUX, EMMANUEL ROUGET 2012
La couleur est plus claire que sur des 2015 ou 2016, mais elle est très belle.
Le sujet s’impose naturellement par sa classe et son harmonie parfaite. Le fruit est
mûr à souhait avec une note de fourrure comme dans certains classiques anciens.
Que c’est beau! Vin onctueux à l’attaque avec un fruit charnu qui reste ferme grâce
à son acidité vivifiante. Les tannins somptueux sont fondus. La texture est
exceptionnelle. On pourrait imaginer qu’il donne le maximum de ses énormes
possibilités à l’heure actuelle. Mais on devine qu’il n’est pas prêt de décliner.

ECHEZEAUX, EMMANUEL ROUGET 2011
Au nez, c’est une pure dentelle. On ressent le Pinot Noir exemplaire, sur le fruit
avec une densité moyenne mais d’une pureté exceptionnelle. Vin de plaisir avant
tout. Le jus « coule de source » au fond du gosier pour son plus grand plaisir.

ECHEZEAUX, DOMAINE DE LA ROMANEE-CONTI 2011
La comparaison est faite avec l’Echézeaux d’Emmanuel Rouget 2011. Les arômes
sont marqués par un caractère plus strict et droit. C’est plus floral et terreux
(au sens positif). On sent un cru juvénile, un peu hésitant. Le vin est étonnamment
corsé avec une forte personnalité. Il est encore trop jeune: ses composantes
doivent s’harmoniser avec le temps. Son potentiel semble très grand.
Vin marquant de toute façon.

**************************************************

8 juin 2021

GEWÜRZTRAMINER GRAND CRU ROSACKER
MITTNACHT-KLACK 1991
J’ai apprécié ce vin à plusieurs reprises ces dernières années. Chaque fois, il a
été plus qu’excellent. A 30 ans, il est toujours fringant. Il est en effet vif et frais
avec une grande densité. De plus, l’aspect exubérant du cépage s’est un peu
effacé au fil des années pour laisser place à de la noblesse et à une
remarquable minéralité.

BLACK LABEL, WOLF BLASS 1987
Ce 1987 est bien dans la ligne habituelle. Il est riche et concentré avec de
l’ampleur. C’est toujours un vin qui reste marqué par un caractère bien à lui,
hors des standards du moment. Cela me plaît beaucoup. Pour ce millésime,
j’aurais voulu juste un peu plus d’harmonie. (Cabernet-Sauvignon / Shiraz)

SCHEUREBE TBA WACHENHEIMER MANDELGARTEN
BÜRKLIN-WOLF 1971
Couleur or un peu ambré. Les arômes sont d’une densité fantastique avec de
la complexité et de la classe. A l’aveugle, on ressent le grand style allemand.
On sent aussi que l’on est proche du Riesling, sans en trouver la même minéralité.
On est sur des confits d’abricot avec des épices fines. La bouche est
extrêmement serrée avec une sucrosité ressemblant plus à un gras épais qui
enrobe parfaitement l’acidité élevée. La longueur est impressionnante.
Elle laisse le palais éveillé durant un long moment.

**************************************************

3 juin 2021

MONTRACHET MARQUIS DE LAGUICHE
JOSEPH DROUHIN 2006

Les qualités du terroir magique se devinent à l’ampleur et à la noblesse des arômes.
On est sur des fruits exotiques d’une très grande pureté, avec des notes de crème
pâtissière. La bouche est onctueuse à l’attaque. C’est un gras prononcé qui n’a rien
à voir avec du sucre. L’évolution et la finale dévoilent des agrumes d’une grande
fraîcheur. Longueur exceptionnelle.

RICHEBOURG, DOMAINE DE LA ROMANEE-CONTI 1992
Après un essai avec une bouteille défectueuse, une deuxième se présente de la
meilleure manière qui soit. La classe du terroir et la pureté du fruit s’y retrouvent.
Le caractère ne manque pas non plus. On y ressent des notes terreuses nobles et
un floral tirant sur la rose. La bouche est somptueuse. Le fruité bien mûr est
rehaussé par une superbe acidité. Vin très vivant et noble, de grande envergure.

**************************************************

24 mai 2021

CHATEAU D’YQUEM 1925
Superbe couleur or dense. Arômes délicats qui indiquent un Yquem tirant plus sur
la finesse que sur la puissance. On part sur le raisin de Corinthe, la pâte de fruit,
des agrumes frais: grapefruit et kumquat, mais aussi sur le fruit de la passion.
Une touche aromatique fait penser à un grand Riesling allemand. La bouche est
très délicate et rehaussée par une acidité bien plus élevée que celle que l’on retrouve
dans un Yquem actuel. C’est ce qui lui donne cette vivacité et cette fraîcheur.
La longueur est remarquable. Comme on est sur un Yquem en subtilité, la buvabilité
est telle qu’on en boirait sans peine une bouteille tout seul.

**************************************************

22 mai 2021

CHAMPAGNE CRISTAL ROEDERER 2004
Une bouteille différente de celles que j’ai bues il y a quelques années.
Cette fois-ci, le vin a pris ses marques. Il n’est plus simplement frais et vif,
il a plus d’ampleur et d’élégance. Mais il reste toujours dynamique. Des
notes de noisette et de madeleine apparaissent aussi.
La bulle est parfaite et la longueur digne d’un grand Cristal.

CHATEAU COUTET CUVEE MADAME 1981
Superbe robe dorée dense. Les arômes sont d’une grande délicatesse
avec beaucoup de complexité. On y ressent le confit de fruits, du sucre candi,
du raisin de Corinthe, des épices fines. Le floral marqué fait penser à un
cépage aromatique: que c’est subtil! Sans que j’en possède la preuve, je ne
peux m’empêcher de penser à une récolte très tardive qui a subi un froid
intense; en tous les cas, j’en ressens les caractéristiques. La bouche est
aussi d’une grande délicatesse, mais la trame est serrée et l’acidité vivifiante.
Au contraire de beaucoup de liquoreux, la buvabilité est extrême. Il faut dire
que ce sujet est d’une grande précision dans toutes ses composantes.
C’est sans aucun doute un Barsac qui fera date.

TOKAJI ASZU 6 PUTTONYOS, OREMUS 1981
Couleur or un peu ambré. Arômes typiques et très denses sur le sucre candi
et les raisins secs avec un peu de pâte de fruit (abricot). A l’olfaction, on devine
déjà une acidité très élevée de par une touche de citron vert. La bouche est
pleine de vie et de fraîcheur: c’est cette acidité qui affole les papilles et qui vous
procure un plaisir intense. La sucrosité semble donc bien moins marquée au
palais que ce qu’elle est réellement. Le vin est aussi un peu rustique de par une
touche iodée qui me plaît beaucoup. J’aime ce genre de personnalité.

**************************************************

17 mai 2021

RICHEBOURG, DOMAINE DE LA ROMANEE-CONTI 1992
Belle couleur sombre. Arômes de fruits bien mûrs, dans la noblesse et l’élégance.
Le sujet de haute dimension s’annonce rapidement. On est bien sur un grand terroir.
Très belle note florale. La bouche est somptueuse, sur les fruits rouges. L’ensemble
est assez grandiose, ce qui dénote avec la cote de ce vin sur ce millésime.

ROMANEE-ST-VIVANT, DOMAINE DE LA ROMANEE-CONTI 1998
Dégusté à l’aveugle, je ne suis par parti sur du Bourgogne au début. Il semblait un
peu « réduit » avec un côté un peu rustique. L’ouverture lui rend son fruit de Pinot Noir
de classe et de caractère. C’est très différent du Richebourg DRC 1992 bu juste avant.
La bouche est corsée et fraîche. Les tannins forts commencent à se fondre dans le
fruité dense et pur. Grand maintenant et pour longtemps.

ROMANEE ST-VIVANT
DOMAINE MAREY-MONGE 1971

Le nez indique un vin peu commun. Déjà au niveau du caractère: on est sur des
aspects terreux avec de l’humus. Les fruits noirs sont là de surcroît. C’est une
personnalité marquante qui ne se laisse pas approcher facilement. En bouche, le vin
est très concentré et sec. Il n’a pas ce gras que l’on retrouve sur les vins plus modernes.
La trame est serrée. Le vin est droit et net, debout, sans broncher. C’est un vin vrai
comme j’aime, sans détour. Un style en soi, de plus, issu d’un fabuleux terroir.
Une grandeur.

CHATEAU D’YQUEM 1997
Ce grand millésime d’Yquem avance tranquillement sur le chemin d’une longue
carrière. Il est riche, fin et onctueux. Tout lui sourit.

RIESLING TROCKENBEERENAUSLESE DALSHEIM HUBACKER
WEINGUT KELLER, RHEINHESSEN 2015
Porté sur les vins mûrs, je ne suis pratiquement jamais ému par un sujet jeune.
Là, c’est le rêve du Riesling qui a déjà pris forme. Les arômes d’une pureté
exceptionnelle partent sur ce que j’appelle une acidité acidulée qui vous envoûte
le palais. Aussi fin que cela, est-ce possible? Mais il y a aussi la densité incroyable
pour un vin aussi léger en alcool (6,5%), et ce, du début jusque dans l’interminable
finale. Le minéral noble du Riesling dans sa plus belle expression est encore discret:
c’est pardonnable pour un vin aussi jeune.
Mais l’ensemble est déjà une sorte d’anthologie.

**************************************************

15 mai 2021

CHATEAU LATOUR 1975
Quand la bouteille est parfaitement tenue, on remarque bien que
les plus grands terroirs démontrent une certaine supériorité avec le
vieillissement. Ce Latour 1975 est d’un équilibre exceptionnel.
Etonnamment, l’âge l’a rendu plus distingué et moins corsé, mais cela
lui va très bien, car sa personnalité s’est encore améliorée. Sa qualité
première est l’harmonie et la buvabilité en y rajoutant une certaine
délicatesse. Mais attention, il n’est pas devenu léger au point de
manquer de densité. Si je ne tiens compte que de cette bouteille, il me
semble que ce millésime est arrivé au maximum de ses possibilités.

**************************************************

12 mai 2021

 

 

AMARONE DELLA VALPOLICELLA RISERVA
QUINTARELLI 1978

Mais quel sujet! Une des plus grandes réussites de Quintarelli.
Parfois, sur des millésimes plus jeunes, comme 2003, on ressent
de la lourdeur et un manque d’équilibre. Mais ce 1978 est
somptueux au possible. La constitution gigantesque de ce vin ne
lui fait rien perdre de son équilibre et de sa classe. Toutes les
composantes vous imprègnent fortement le palais pour son plus
grand plaisir. Une anthologie.

 

BLACK MUSCAT KUCHUK LAMBAT
MASSANDRA 1932

Couleur or-brun pas très limpide. Les arômes partent sur de la
compote de fruits, surtout la poire. C’est assez dense et fin, mais
peu complexe. En bouche, la densité est remarquable. Comme
sur les grands Massandra, l’acidité est très élevée et donne
beaucoup de vie à l’ensemble. Le sujet atteint un haut niveau,
mais il aurait pu démontrer plus de personnalité et de complexité.