LES DERNIERES NOUVELLES

Mise à jour du 11 mai 2019 à 21h00

**************************************************

4 mai 2019
MADEIRA MALVAZIA VELHA, IZIDRO GONSALVES 1922 (*****)
Les arômes représentent exactement ce qu’est le « rancio » d’un vrai Madeira.
On y ressent ces notes habituelles de cire de parquet et de vieille chambre aristocratique.
C’est très dense. La bouche est un peu douce mais ce que l’on ressent, c’est plutôt un gras
visqueux qui enrobe l’acidité élevée. La force, qui vient de l’alcool, est aussi celle de
grands Madeira équilibrés. Voilà qui fait plaisir!

**************************************************

30 avril 2019
MERLOT CO, DOMAINE CORONICA, CRAOTIE 2010 (*****)
Couleur rouge foncé très dense. Arômes très purs et droits. On sent une récolte concentrée.
Le caractère est fort et racé. On est sur les fruits noirs avec des notes de tabac et de terre.
Le vin est dense. La texture est serrée. Il n’y a aucune lourdeur malgré la force des composantes.
Une sorte de révélation pour moi.

**************************************************

29 avril 2019
CHATEAU D’YQUEM 1983
(*****)
La bouteille est parfaite. Ce 1983 commence à devenir « Yquem ».
Sa couleur tire tranquillement sur l’ambre. Les arômes se complexifient et s’assagissent.
Ses énormes qualités, reconnues depuis longtemps, se présentent maintenant dans toute leur splendeur.
TOKAJI 4 PUTTONYOS, BORKOMBINAT 1975 (****)
Beau Tokaji de l’époque. Couleur assez ambrée. Les arômes sont vivants et ouverts.
Le vin est doté d’une belle douceur compensée par une haute acidité vivifiante.
Il lui manque juste un peu de « précision » dans ses composantes.
BAROLO CHINATO, BORGOGNO (*****)
Bouteille des années 1950 – 1960. Les arômes sont d’une très grande complexité avec beaucoup de finesse.
On y ressent des fruits secs et aussi confits. Mais surtout, un fantastique mélange d’herbes macérées.
C’est hors du commun. En bouche, l’harmonie est parfaite. La petite douceur n’est là que pour enrober
l’acidité et l’amertume uniquement positive de plantes macérées. L’alcool, certainement entre 18 et 20%,
augmente les sensations. Un grand sujet qui allie force, densité, finesse et complexité.
De plus, le style est tout à fait original.
MADEIRA VERDELHO RESERVA, WESTERN ISLAND TRADING 1883 (****)
Arômes très typiques sur le rancio habituel. Le vin est équilibré et suit la ligne donnée à l’olfaction.
L’ensemble est remarquable, mais on voudrait simplement plus de densité et de noblesse.

**************************************************

28 avril 2019
CHATEAU LEOVILLE-LASCASES 1998 (***)
Vin un peu rustique avec une note végétale qui assèche la finale.
CHATEAU LEOVILLE-LASCASES 1997 (****)
Vin assez élégant, dans le style classique. Il est agréable et bien fait.
Sa structure est moyenne et son fruit déjà bien mûr.
CHATEAU LEOVILLE-LASCASES 1996 (****)
Très bon vin avec de la densité. Juste un peu court.
CHATEAU LEOVILLE-LASCASES 1995 (***)
Vin un peu déséquilibré et rustique avec une évolution étonnante pour son âge.
CHATEAU LEOVILLE-LASCASES 1994 (****)
Un classique élégant pourvu d’une belle personnalité.
Sa structure est moyenne, mais il est très équilibré et charmeur.
CHATEAU LEOVILLE-LASCASES 1993 (***)
Vin simplement agréable qui est déjà marqué par une certaine évolution.
CHATEAU LEOVILLE-LASCASES 1990 (*****)
Nez pur et frais au fruité parfait de récolte. Vin somptueux avec de la structure
et de l’harmonie. Semble au sommet maintenant.
CHATEAU LEOVILLE-LASCASES 1989 (*****)
Arômes nobles. C’est la classe! Le fruité parfait est encore très jeune.
Vin harmonieux avec des tannins qui semblent pouvoir encore évoluer favorablement.
Il est un peu plus court que le 1990 mais plus frais.
CHATEAU LEOVILLE-LASCASES 1988 (*****)
Arômes très complexes. On y ressent un fruit pur et droit, des épices, du tabac…
Sa personnalité est remarquable. Vin dense avec un fruit charnu qui enrobe parfaitement
les tannins athlétiques. Son acidité est vivifiante. Il est aussi très long.
CHATEAU LEOVILLE-LASCASES 1986 (****)
Au nez, c’est un grand classique. Les tertiaires sont bien là. On semble être
dans une autre époque. Le vin est agréable et sensuel à l’attaque.
A l’évolution, il perd de sa substance et finit un peu court.
CHATEAU LEOVILLE-LASCASES 1985 (*****)
Arômes de grand classique de l’époque, très aristocratique. C’est de la dentelle.
Vin fantastique d’harmonie, sans aucune lourdeur mais dense.
Une sorte de perfection à tous les niveaux. Très long.
CHATEAU LEOVILLE-LASCASES 1982 (****)
Arômes assez mûrs. On devine une certaine richesse. Note phénolée. Vin riche et rond qui
manque un peu de pureté. L’alcool est présent et son acidité est marquée. Pour moi, ce 1982
n’a jamais présenté les caractéristiques de ce millésime…jusqu’à maintenant. Si cette
bouteille était parfaite, ce vin semble avoir passé sans intermédiaire du stade de l’extrême
jeunesse à celui de maturité avancée.
CHATEAU LEOVILLE-LASCASES 1978 (*****)
Nez élégant, racé et complexe. C’est une vraie personnalité bien vivante. Vin droit et net,
d’une grande pureté. Son fruit est encore vif et frais. L’harmonie est sans défaut. Très long.

**************************************************

27 avril 2019
DOLE CHANTEAUVIEUX, PROVINS 1959 (****)
Le niveau du vin dans la bouteille faisait craindre, mais il n’en fut rien.
Au départ, c’est un peu rustique. Puis tout s’harmonise. Les arômes partent sur des tertiaires
très agréables qui ne manquent pas de personnalité. Le vin a une structure étonnante.
L’équilibre est là. Un plaisir du début à la fin de chaque gorgée.
MUSCAT ROSE LIVADIA, MASSANDRA 1932 (*****)
Les senteurs atteignent un sommet d’élégance et de complexité. On devine l’aromatique du Muscat,
mais uniquement dans son aspect floral. On y trouve aussi des fruits confits tout en délicatesse,
du sucre brûlé, des écorces d’agrumes, de la figue… Le vin est un pur joyau ciselé avec une grande
précision. La douceur est là, mais sait se faire discrète. L’acidité élevée rehausse l’ensemble pour
lui donner une grande vitalité. La densité est aussi grande que sa pureté.
La persistance prolonge infiniment le plaisir. Une merveille, je vous dis.

**************************************************

26 avril 2019
VERTICALE TURRIGA, ARGIOLAS
Produit depuis 1988 par la Maidon Argiolas, le Turriga est considéré comme le fleuron de la Sardaigne.
C’est un assemblage de: Cannonau, Carignano, Malvasia Nera et Bovale.
La dégustation a démontré dans ce cru un rapport prix-qualité parmi les plus favorables.
Ce vin m’a beaucoup plu parce qu’il ne suit pas la mode des crus typiquement internationaux.
D’abord, de par ses cépages, et ensuite de par sa personnalité. De plus, il a démontré sur chaque
millésime une grande buvabilité, chose rare dans les grands crus de concours.
Les 2001 et 1991 ont été les préférés.
TURRIGA, ARGIOLAS 2006 (****)
Vin complexe et bien mûr. Il est parvenu à son sommet, semble-t-il.
Mais son fruit n’arrive pas à arrondir des tannins un peu rudes.
TURRIGA, ARGIOLAS 2005 (*****)
Vin ample et noble. Tout semble bien fondu. La finale a gardé cependant une belle fraîcheur.
TURRIGA, ARGIOLAS 2002 (*****)
Arômes très ouverts. On est dans la séduction et le baroque. Le vin est opulent et charnu
au possible ave des tannins suffisants pour créer l’équilibre. Fait pour le plaisir.
TURRIGA, ARGIOLAS 2001 (*****)
Arômes nobles et harmonieux. Le vin est concentré avec une texture soyeuse mais ferme.
Il a gardé une grande jeunesse. Ne faiblira pas avant longtemps.
TURRIGA, ARGIOLAS 2000 (***)
Arômes de pleine maturité avec une note boisée.
Le vin est rond à l’attaque, mais les tannins prennent le dessus à l’évolution.
TURRIGA, ARGIOLAS 1997 (****)
Vin qui allie élégance et personnalité. Il manque juste un peu de tenue.
TURRIGA, ARGIOLAS 1995 (***)
Vin de style classique bordelais qui manque de pureté.
TURRIGA, ARGIOLAS 1993 (****)
Vin très gourmand aux rondeurs séduisantes, mais on voudrait un peu plus de personnalité.
Certains ont été subjugués.
TURRIGA, ARGIOLAS 1991 (*****)
Arômes très nobles et racés. C’est dense, sans être lourd. Vin charnu mais ferme.
On sent une forte structure. Les composantes se sont parfaitement harmonisées.
Sa matière de base est suffisante pour qu’il poursuive encore une belle carrière.

**************************************************

15 avril 2019
DOMINUS, DOMINUS ESTATE 1989 (*****)
Très grand vin équilibré et vivant. Il est concentré et dense sans être lourd.
Il a atteint maintenant une plénitude exceptionnelle.
GRANGE, PENFOLDS 1997 (*****)
Le sujet est une force de la nature qui semble, pour cette bouteille, devoir encore
attendre un peu pour être épanoui.

**************************************************

9 avril 2019
MALVOISIE GRAIN NOBLE, CAVE D’ANCHETTES (SIMON FAVRE) 2001 (*****)
Les arômes sont très fins et délicats. On est sur les confits de fruits exotiques.
C’est très complexe et encore bien jeune. Le vin est un exemple d’équilibre.
La grande douceur n’entre jamais dans la lourdeur. La finale est rehaussée par une acidité parfaite.
La longueur indique la grandeur du sujet.
Ce vin liquoreux fait partie, pour moi, des meilleurs vins valaisans de ce style.

**************************************************

8 avril 2019
VEGA SICILIA UNICO 1983 (*****)
Les arômes sont très purs et ouverts. Tout semble encore bien jeune. Le vin est harmonieux au possible.
On est vraiment entre un Bordeaux et un Bourgogne.
C’est un grand millésime chez Vega, et qui tiendra longtemps.