LES DERNIERES NOUVELLES

Mise à jour du 15 mars 2020 à 12h00

9 mars 2020
Dégustation exceptionnelle au Domaine du Mont d’Or.
Je ne présente ici que ceux qui m’ont marqué, c’est à dire presque tous!
JOHANNISBERG MONT D’OR, DOMAINE DU MONT D’OR 1990 (*****)
Arômes marquants, bien dans le style du cépage. Notes de grains, comme dans certains Whisky.
On sent le grand classique. Vin au caractère fort avec un côté terreux positif. Il est gras mais pas doux.
Belle structure. Finale étonnamment marquée par des notes de sel et de menthe.
Il est encore d’une grande jeunesse.
GOÛT DU CONSEIL, DOMAINE DU MONT D’OR 2010 (****)
C’est un assemblage de Riesling sec avec du Sylvaner doux qui ne fait malheureusement plus partie
de la gamme. Il avait pourtant aussi participé à la renommée du Domaine.  Noblesse et finesse au nez.
On y sent une fraîcheur de fruits exotiques. Le vin est pur et lisse. Le Riesling est présent de par sa
minéralité. Le Sylvaner apporte une amertume de soutien. La petite douceur apporte simplement de
l’onctuosité. Aucune marque de vieillissement. Grand avenir.
GOÛT DU CONSEIL, DOMAINE DU MONT D’OR 2000 (*****)
Caractère classique avec une minéralité marquée (pierre à fusil). On y retrouve l’amande du Sylvaner
et le minéral du Riesling. Le fruit part sur le jus d’ananas, tout en fraîcheur. Vin gras soutenu dès l’attaque
par une haute acidité. Il est splendide et des plus plaisants. Mais il est encore trop jeune car les deux
cépages ne se sont pas encore totalement « mariés ». On pourrait dire qu’ils ne sont encore que « fiancés »!
GOÛT DU CONSEIL, DOMAINE DU MONT D’OR 1990 (****)
Les arômes partent sur le minéral et la terre fine, et aussi sur les champignons. C’est racé avec un
caractère un peu strict. Le vin est gras et soyeux à l’attaque. La petite sucrosité est raffermie par
une belle amertume et l’acidité. Très long et complexe. La finale est un peu rude quand même.
Mais il tiendra encore longtemps.
PETITE ARVINE SOUS L’ESCALIER, DOMAINE DU MONT D’OR 2010 (*****)
Quelle classe au nez! Il présente déjà une noble minéralité accompagnée par des notes d’ananas,
de rhubarbe, de fruit de la passion et de menthe. En bouche, c’est un pur jus très tendu et dynamique.
La douceur est parfaitement intégrée et rien n’est lourd. Jeunesse incroyable.
Va se développer encore, puis durer des décennies.
PETITE ARVINE SOUS L’ESCALIER, DOMAINE DU MONT D’OR 1990 (*****)
Arômes un peu austères, mais il y a de la race. Aspect floral. Vin un peu strict mais net et droit,
avec de beaux tertiaires. Il est dynamique grâce à sa haute acidité. La très légère douceur est
donc juste là pour donner du gras. La finale est marquée par une minéralité de pierre à fusil.
PETITE ARVINE SOUS L’ESCALIER, DOMAINE DU MONT D’OR 1999 (*****)
Couleur or très sombre, un peu ambrée. Les arômes partent sur les confits de fruits (abricots),
avec une touche caramélisée. C’est élégant et fin. La bouche est d’une rondeur toute sensuelle,
sur le sucre candi. Superbe acidité pour soutenir l’ensemble.

9 mars 2020
MALVOISIE CRÊTE ARDENTE, DOMAINE DU MONT D’OR 2010 (****)
Le nez est tout dans les fruits purs et nets. On y ressent la pomme cuite. Le vin est d’une douceur
enrobante, avec des épices (cannelle). Il est déjà resplendissant, même si les fruits confits dominent
encore. Il y a juste la touche de l’élevage en barriques qui s’y rajoute sans y apporter un bénéfice.
MALVOISIE CRÊTE ARDENTE, DOMAINE DU MONT D’OR 1980 (*****)
Une vraie personnalité au nez. Quelle classe! Vin équilibré, net et droit. Note de pomme cuite et
de thé refroidi. Malgré sa belle densité, il coule facilement au fond de la gorge, pour son plus grand
plaisir. La finale est marquée par une belle minéralité. Un grand vin tout en subtilité.
JOHANNISBERG SAINT-MARTIN, DOMAINE DU MONT D’OR 2015 (****)
Arômes purs et fins, marqués par un fruit sur mûr. On sent une récolte parfaite. En bouche, la douceur
procure juste l’onctuosité qu’il faut. Rien n’est lourd. Il est magnifique à tous les niveaux, je l’avoue.
Mais si je dois lui reprocher quelque-chose, c’est de manquer de complexité.
Le futur lui sera certainement favorable à ce sujet.
JOHANNISBERG SAINT-MARTIN, DOMAINE DU MONT D’OR 1990 (*****)
Grande noblesse au nez. C’est somptueux. Note minérale avec de l’humus. Vin de grande envergure.
La douceur, parfaitement intégrée, part sur le sucre candi. L’acidité est vivifiante.
Il est apte à tenir des décennies.
ERMITAGE MERLE DES ROCHES, DOMAINE DU MONT D’OR 2010 (*****)
Nez très typé sur l’eau-de-vie de framboise. Le caractère est exceptionnel. Vin d’une grande richesse
mais équilibré. Le gras est très onctueux, et même quasi visqueux, mais rien n’est collant.
La finale reste étonnamment fraîche.
ERMITAGE MERLE DE ROCHES, DOMAINE DU MONT D’OR 2000 (*****)
A la première prise au nez, on devine déjà le phénomène. C’est noble et racé avec une envergure
impressionnante. Le vin est d’une opulence extrême qui tire sur le baroque. Mais il est envoûtant
de par sa force et de par sa personnalité. Une folie extravagante.
Sa longévité s’étalera sur de nombreuses décennies.

**************************************************

6 mars 2020
MARSALA VECCHIO, FLORIO 1932 (****)
Couleur ambrée. Les arômes sont amples et élégants avec des notes caramélisées.
Le vin est très équilibré avec une douceur bien intégrée.
Vraiment agréable, mais on pourrait désirer un peu plus de vigueur.
ORVIETO PASSITO SAN PATRIZIO, CONTI VASELLI 1945 (*****)
Superbe couleur or dense un peu ambré. Les arômes sont d’une grande subtilité sans manquer de
densité. Le style est un peu aromatique. On y sent des fruit confits de toutes sortes avec des fleurs
et des épices fines. Le vin est séduisant au possible. La douceur est parfaitement balancée par une
haute acidité qui vivifie l’ensemble du début à la fin. La finale est d’une grande fraîcheur, sur des
notes mentholées et un peu minérales. Un grand moment.

**************************************************

29 février et 1 mars 2020
RICHEBOURG, DRC 1994 (****)
Nez fin et délicat au fruité pur. Vin équilibré et très agréable. Il est excellent dans l’ensemble, mais,
pour l’appellation Richebourg, on voudrait plus de consistance.

RICHEBOURG, DRC 1992 (****)
Arômes de fruits bien mûrs avec du caractère. Vin très plaisant. Il est remarquable,
mais l’alcool le déséquilibre un peu et le fruit est juste trop mûr.

RICHEBOURG, DRC 1993 (*****)
Vin de caractère avec de la noblesse et une forte structure.
Sujet de grande dimension qui peut encore durer.

RICHEBOURG, DRC 1991 (****)
Excellent millésime. Le vin a du caractère. Il lui manque juste un peu d’équilibre.
MUSIGNY VIEILLES VIGNES, COMTE DE VOGÜE 1988 (*****)
Arômes nobles et fins avec beaucoup d’ampleur. C’est majestueux. La classe à tous les niveaux.
Vin riche mais harmonieux. Le fruit est charnu et ferme en même temps. Un sujet somptueux qui
a encore un bel avenir.

CORTON-CHARLEMAGNE, COCHE-DURY 2012 (*****)
Arômes ouverts avec de la classe et de l’élégance. Note de beurre fondu et de crème fouettée.
On sent une base parfaite avec un fruit bien mûr, sur les agrumes. Vin volumineux, rond et soyeux
à l’attaque. Belle acidité en finale pour lui donner de la fraîcheur et de la vie.
Avec l’âge, il atteindra encore une plus grande dimension.

MEURSAULT-PERRIERES, COCHE-DURY 2013 (*****)
Au nez, on sent cette fameuse empreinte du climat des Perrières. C’est très minéral, noble et racé.
Le caractère est marquant. Le vin est très concentré. Tout est là avec force. L’acidité lui octroie une
grande vivacité. C’est une personnalité impressionnante qui doit encore attendre pour que tout se
fonde au mieux.
ROMANEE-ST-VIVANT, DRC 1994 (****)
Vin harmonieux et fin. Le fruit du cépage domine. Remarquable, mais pourrait avoir plus de consistance.
ROMANEE-ST-VIVANT, DRC 1992 (****)
Vin pourvu d’une certaine richesse, mais l’alcool est aussi présent. De toute façon remarquable.
ROMANEE-ST-VIVANT, DRC 1988 (*****)
Arômes racés et purs. On sent une récolte de haut niveau. Vin équilibré avec du volume.
La matière est concentrée. Les tannins athlétiques sont bien enrobés par le gras.
Finale soutenue et longue. Encore un grand potentiel.
ROMANEE-ST-VIVANT, DRC 1989 (?)
Vin étonnant. Que ce soit au nez ou en bouche, il est marqué par des notes de champignons,
principalement sur le cèpe ou la morille. Comme cela domine du début à la fin, la complexité
n’y est donc pas. On sent une grande structure.
On ose espérer que cette bouteille n’est pas représentative de ce cru.
CHATEAU RAYAS 2003 (*****)
Vouloir dire de ce vin qu’il est somptueux n’est peut-être pas encore suffisant. Quel volume!
Quelle élégance! Il est plein de vie et la dispense pour notre plus grand plaisir. Le caractère est là, bien
marqué et vivant. Le jus est parfait de récolte. Il est bien plus frais que ce que le millésime pourrait faire
penser. Restera ainsi encore longtemps.

LA TACHE 1994 (*****)
Sujet impressionnant à tous les niveaux, surtout sur ce millésime. Au nez, c’est noble et racé.
On y devine tout de suite une certaine envergure. Le vin est riche et corsé mais équilibré.
Les tannins sont parfaits. Un très grand vin qui est fait pour durer.
LA TACHE 1992 (*****)
Les arômes indiquent un fruit bien mûr de récolte. On est plus sur le caractère que sur l’élégance.
Vin corsé avec un soutien d’alcool qui semble déséquilibrer l’ensemble.
A l’aération, tout s’arrange et retransmet au mieux sa noble naissance.
LA TACHE 1987 (*****)
Grand développement des arômes avec de la complexité: fruit bien mûr mais sans défaut, humus,
sous-bois, épices fines… Vin de haut vol. Un jus resplendissant qui reste vif et frais en finale.
LA TACHE 1989 (*****)
Nez racé et fort avec de la complexité. C’est une vraie personnalité. Vin corsé et riche, mais sans
lourdeur. Tout est là. Sa chair est soyeuse, mais tout reste ferme. Les tannins sont impressionnants
de qualité. Grandiose maintenant, mais il va encore s’améliorer et tenir des décennies.
LA TACHE 1991 (*****)
Arômes purs et droits. On sent un fruit vivant et dynamique. Le vin est dense avec une trame serrée.
Le fruité est soutenu par une superbe acidité. Grande longueur. L’ensemble est un peu strict, mais
c’est parce qu’il est encore beaucoup trop jeune.
MAGNUM CHATEAU LYNCH-BAGES 1982 (*****)
Vin racé et fort avec beaucoup de caractère. Le fruit est accompagné par une touche de cuir.
Grande structure. Encore jeune et ferme. Va s’améliorer.
MAGNUM PICHON COMTESSE 1982 (*****)
Vin de haute dimension. Il est parfait du début à la fin. C’est un jus de plaisir, vif et dynamique.
Sa fraîcheur est remarquable et il semble pouvoir encore s’améliorer. De par son côté droit et net,
il s’éloigne du style habituel des 1982. Mais ce genre de grand vin passe par plusieurs stades
durant sa vie: il peut parfois s’ouvrir largement, et ensuite se refermer.
MAGNUM CHATEAU LATOUR 1983 (****)
Vin classique et équilibré. Tout est bien fait et net. Mais la structure est moyenne pour un Latour.
VEGA SICILIA UNICO 2000 (*****)
Grand vin parfaitement mené du début à la fin. Il est bien dans le style de ce cru.
Mais il est bien entendu en début de carrière.

**************************************************

27 février 2020
CHATEAU LA MISSION HAUT BRION 1986 (*****)
Les arômes sont complexes et amples, sur les fruits noirs. La bouche est riche, mais équilibrée.
On est presque sur le baroque, mais tout reste bien en place et présente une belle personnalité.
Je ne voyais pas ce vin atteindre un tel niveau. Je pense que l’âge lui a permis de développer au
mieux les qualités de son terroir.
HILL OF GRACE, HENSCHKE 1996 (*****)
Un vin phare d’Australie. Tout est là: complexité, équilibre, force. Même si on sent une certaine
puissance, rien ne gêne au niveau de la buvabilité. On est en présence d’un roc qui va encore
s’améliorer et tenir de nombreuses décennies.
CHATEAU RAYAS 2006 (*****)
Dégusté à l’aveugle, on est parti en premier lieu sur la Bourgogne. Ce vin présente une élégance
toute particulière et un fruit des plus soyeux. La structure est forte, mais l’équilibre est sans faille.
Grandiose maintenant, et pour longtemps. On sent un vin vivant qui est dominé par sa nature de base,
et non pas par la recette d’un oenologue-vedette. Un vrai cadeau.

**************************************************

20 février 2020
ARVINE, DOMAINE DU GRAND BRULE 1974 (****)
Splendide couleur dorée. Les arômes sont surtout racés et forts. On y ressent l’Arvine par ses fruits
exotiques et sa minéralité. Au sujet de son évolution, il faut plutôt parler d’aspects tertiaires (fruits secs,
épices fines) que de vieillissement. En bouche, le vin est droit et sec avec une trame serrée.
Une touche minérale un peu strict se ressent aussi. Grande longueur et beau soutien acide.

AMIGNE, DOMAINE DU GRAND BRULE 1990 (****)
Les arômes ne retransmettent pratiquement aucun vieillissement. On est encore en plein dans les fruits
exotiques comme la mangue ou la papaye. Grandes finesse et pureté. L’attaque de bouche est pourvue
d’une petite douceur. L’évolution et la finale restent très rondes avec une certaine sensualité. Une jeunesse
aussi incroyable après 30 ans est peut-être due à la sucrosité, mais celle-ci a certainement aussi contribué
au fait qu’il y a un petit manque de complexité et de noblesse.

ERMITAGE, DOMAINE DU GRAND BRULE 1991 (*****)
Au nez, c’est l’explosion de ce que l’on désire dans la Marsanne: l’eau-de-vie de framboise et de fraise des
bois. Grande pureté avec la personnalité hors norme qui caractérise ce cépage lorsqu’il est élevé en Valais.
Il semble que deux opposés s’y marient avec bonheur: le baroque et l’élégance. La bouche est volumineuse
avec des fruits exotiques. On y retrouve aussi l’eau-de-vie décelée à l’olfaction. Un caractère unique sur un
millésime qui a réussi parfaitement à ce cépage. Exceptionnel à tous les niveaux.